Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> Egypte-présidentielle > L’Egypte en quelques chiffres

ARTE Journal - 25/04/13

Deux ans après la révolution, l’Egypte en quelques chiffres

L'Egypte, considérée comme un pays émergent, est la quatrième puissance économique d'Afrique. Mais c'est un colosse économique aux pieds d'argile.




En Egypte, la population augmente...
La misère sociale fut le ferment de la révolte populaire qui a éclaté il y a tout juste deux ans. Le salaire moyen hebdomadaire atteignait 252 livres égyptiennes (31 euros) en 2007, selon les derniers chiffres dont dispose le Bureau international du travail (OIT). Plus de 18% des quelque 80 millions d'Egyptiens vivent avec moins de deux dollars par jour selon les chiffres de la Banque mondiale.

Le pays avait connu une période de forte croissance depuis 2008 mais la révolution qui a chassé Moubarak du pouvoir a laissé des traces. Fuite des investisseurs étrangers et des touristes, grèves et mouvements sociaux à quoi il faut ajouter le retour au pays des Egyptiens travaillant en Libye, la machine économique est en panne. La croissance économique, la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales restent le premier défi du pays.

Le chômage des jeunes aussi.
La population égyptienne est en plein boom, plus 1,3 million d'habitants chaque année. Un Egyptien sur trois a moins de 15 ans, près de deux sur trois ont moins de 30 ans. On estime que 700.000 jeunes arrivent chaque année sur un marché du travail déprimé. Officiellement, chez les 15-24 ans, ils sont presque un sur quatre à être sans emploi, soit 24,8%. Les filles sont deux fois plus nombreuses que les garçons à chercher du travail.

"Le chômage des jeunes a été une des causes fondamentales des changements révolutionnaires du printemps arabe dans les pays d'Afrique du nord et du Moyen Orient. L'OIT compte fournir une aide spécifique au niveau national pour amener les jeunes du travail", souligne le Directeur de cette organisation internationale.

Les richesses de l'Egypte
Le Canal de Suez et le Nil sont les artères économiques du pays, tant pour le commerce intérieur que pour son ouverture sur le Proche-Orient. Le Canal de Suez et les droits de passage sont l'une des principales sources de devises pour le pays : 5 milliards de dollars par an

L'activité économique se déploie principalement le long du fleuve. Le Nil nourricier car les eaux du fleuve, notamment depuis la création du barrage d'Assouan, permettent l'irrigation des terres dévolues à l'agriculture, un secteur qui emploie un tiers des Egyptiens.

Le tourisme, l'autre manne de l'Egypte
Le tourisme constitue la principale ressource du pays, il représente ¼ de ses revenus en devises. Le tourisme fournit un emploi sur huit, il pèse 12 % du PIB national. Mais voilà, le secteur a connu beaucoup d'aléas ces dernières années. Les attentats, l'instabilité politique puis bien sûr, la révolution ont dissuadé les touristes d'aller visiter les trésors des pharaons et de l'Egypte ancienne. Rien qu'en 2011, le tourisme a diminué d'un tiers. Depuis 2012, on note une timide reprise mais on est encore loin des niveaux d'avant la révolution. 14,5 millions de touristes avaient alors visité l'Egypte.

Méline Freda / Sources, OIT, Banque Mondiale et Perspectives économiques en Afrique

à voir aussi :



Edité le : 25-01-13
Dernière mise à jour le : 25-04-13