Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> Dossier : crise de l'euro > UE : un accord aux forceps

ARTE Journal - 27/10/11

UE : un accord aux forceps

Les marchés boursiers s'envolent à l'ouverture comme pour saluer l'accord que les 27 ont réussi à boucler jeudi matin dans la douleur. Ce plan anticrise est censé assurer sa survie au prix d'une une forte réduction de la dette de la Grèce, d'une recapitalisation des banques et de la contribution de pays émergents comme la Chine.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, ont dû intervenir personnellement dans la nuit pour trouver un compromis avec les banques, alors que les discussions étaient enlisées. Les négociations ont été "très dures", aux dires de M. Papandréou. Finalement en échange de l'effort demandé au secteur bancaire (autour de 106 milliards d'euros), un accord a été trouvé pour recapitaliser les établissements qui en auraient besoin. Athènes recevra en outre de nouveaux prêts de l'Europe et du FMI de 100 milliards d'euros d'ici à la fin 2014, dans le cadre d'un programme qui remplace celui de 109 milliards d'euros décidé en juillet.

Les pays de la zone euro ont également décidé de démultiplier la puissance de feu de leur Fonds de secours financier pour les pays en difficultés en la portant à 1.000 milliards d'euros dans un premier temps. Cette enveloppe doit permettre d'éviter que la crise de la dette ne gagne l'Italie et l'Espagne.

Enfin, un mécanisme à "effet de levier" permettant de mobiliser davantage de fonds, sans que les Etats ne dépensent plus a été adopté. Il consistera à offrir un système d'assurance-crédit aux investisseurs pour les inciter à acheter de la dette publique d'Etats fragiles en garantissant une partie de la dette. A ce dispositif serait ajouté un autre mécanisme, un fonds spécial adossé au FMI et accueillant les contributions de pays émergents comme la Chine et la Russie. Le sujet est politiquement très sensible et ce dernier volet est impossible à chiffrer en l'état. La Chine et la Russie ont fait état de leur intérêt et le chef de l'Etat français, Nicolas Sarkozy, a prévu de s'entretenir de ce sujet avec le président chinois Hu Jintao dès aujourd'hui.

D. Wanner, ARTE Journal (avec AFP)

Edité le : 27-10-11
Dernière mise à jour le : 27-10-11