Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> > Cinéma : Lanzmann et les archives

ARTE Journal - 13/11/13

Cinéma : Lanzmann et les archives

Quel rapport entretient Claude Lanzmann avec les images d'archives ? Dans son plus grand film "Shoah", il réussit le pari, audacieux, de raconter l'horreur de l'extermination des juifs uniquement à l'aide de témoignages, sans s'appuyer sur la moindre image d'archive. Dans son dernier film, sa méthode semble avoir évolué.

Dans "Le Dernier des Injustes", Claude Lanzmann revient notamment sur l'histoire de Theresienstadt, ce camp modèle "offert" par Hitler aux juifs. Il y raconte l'horreur de ce mensonge puisque Theresienstadt offrait une image de façade à la Croix rouge alors que les juifs y étaient aussi maltraités qu'ailleurs. Pour cela, il fait intervenir dès le début du film des images d'archives. Ce qui est assez surprenant pour tout connaisseur de l'oeuvre de Lanzmann :


A lire aussi :
Quelques minutes plus tard, il introduit des peintures faites par d'anciens prisonniers du camp. Puis des images animées d'un film de propagande nazi, voulant montrer que la vie était douce entre les murs du camp de Theresienstadt. Il se prête donc au jeu de la représentation qu'il avait pourtant banni dans "Shoah". Il s'en était expliqué dans une tribune dans le journal Le Monde, au moment de la sortie de "La liste de Schindler" de Steven Spielberg. C'est une tribune qui avait fait beaucoup de bruit. Il disait alors "Je pense profondément qu'il y a un interdit de la représentation", poussant la provocation jusqu'à dire "Si j'avais trouvé un film existant tourné par un SS et montrant comment 3000 juifs, hommes, femmes, enfants, mouraient ensemble, asphyxiés dans une chambre à gaz du crématoire 2 d'Auschwitz, si j'avais trouvé cela, non seulement je ne l'aurais pas montré, mais je l'aurais détruit. Je ne suis pas capable de dire pourquoi. Ca va de soi". Il semble avoir évolué avec ce film, comme nous l'explique l'historien Rémy Besson, qui a consacré sa thèse à la mise en récit du film "Shoah" :


Nous avons donc posé la question à Claude Lanzmann au cours de notre interview, voici ce qu'il nous a répondu :





Propos recueillis par Fanny Lépine pour ARTE Journal

à consulter aussi :

Edité le : 07-11-13
Dernière mise à jour le : 13-11-13