Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> > Rick Genest

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

SPECIALE SUPERHEROS - 23/05/12

Avec Rick Genest, dead is beautiful !

Un reportage de France Swimberge

À l'occasion du festival de Cannes, on déroule le tapis rouge pour Rick Genest dit "Zombie Boy", un super-héros en chair et en os. 
L'interview a été réalisée au Cabinet des Curieux avec l'aide de Thierry Ruby, pour l'exposition "Beautiful People".

Previous imageNext image

Son nom ne vous dit rien, mais son visage vous est connu. En moins de temps qu'il n'en faut à Spiderman pour faire parler Nice, Zombie Boy a tissé sa toile dans le showbiz.

Son costume, il se l'est fait tatouer de la tête aux pieds. Dans le monde mystérieux des sideshows, ces créatures ont un nom : les "marvels", les "merveilles". Dans les années 30, elles inspirent les créateurs de super-héros. Aujourd'hui, au cinéma, c'est la super invasion.

Rick Genest est un self-made monster. Pendant six ans, le hobo montréalais gagne sa croûte en lavant les pare-brises des voitures. L'argent est immédiatement investi dans ce qu'il appelle sa "toile corporelle". En mars 2010, Nicola Formichetti, le styliste de Lady Gaga et directeur artistique de la maison Thierry Mugler, flashe sur les photos que Rick poste sur Facebook. Il débourse 15 000 euros (20 000 dollars) pour payer les amendes accumulées par Zombie Boy qui l'empêchent de quitter le Canada, et le fait défiler sur les catwalks.

Pour en arriver là et devenir une tapisserie vivante, Rico a mis le paquet : 15 000 euros et six ans de patience. Ultime point de non-retour pour être une vraie merveille : se faire tatouer le visage.

"Je ne voulais pas lui faire le moindre tatouage sur le visage. Je refuse de faire le premier tatouage d’un visage. Ça bouleverse ta vie." Frank : tatoueur



Biographie


Avant de devenir mort-vivant, Rick Genest voit le jour en août 1985 à une vingtaine de kilomètres au sud de Montréal, dans la mortelle bourgade de Châteauguay. 

À 17 ans, le bac en poche, il est déjà accro au Rimmel et a ses entrées dans les squats montréalais.

Un an plus tôt, il a mis le doigt dans l'engrenage.



Pour ses 19 ans, Rick Genest se lance un défi unique au monde : couvrir son corps entier avec l’image d’un cadavre en putréfaction. À ce jour, 90% de son anatomie est tatouée. Depuis 2011, il détient un double record dans le Guinness Book : l’homme aux plus de tatouages d’insectes, 176, et au plus grand nombre d’os tatoués : 139, de quoi se faire plein d'amis à quatre pattes.

Si Rick Genest a choisi de se faire une carapace indélébile de mort-vivant, c'est qu'il a fait un tour en enfer. Avant de la contempler tous les matins dans son miroir, adolescent, Rico a vu la mort en face. Cet accident comme les super-héros, le fait passer du côté de l’extraordinaire.

Le mythe du Zombie


Les morts-vivants et Rick Genest, c'est une grande histoire d'amour. Sur ses mains, il s'est fait tatouer "Evil Dead", le titre du film culte sur les zombies de Sam Raimi, futur réalisateur de la trilogie des Spiderman.




Le mythe du zombie sort de terre en Haïti dans la mer des Caraïbes. Dans le culte vaudou, le sorcier ramène à la vie ce mort pour en faire son esclave. Hagard et ramollo du ciboulot, c’est à lui que revient le sale boulot.

Aujourd’hui encore, un zombie, c’est celui qui marche à côté de ses pompes. Les gourous de la mode d'habitude fascinés par le mythe de l'éternelle jeunesse ont fondu sur Zombie Boy et ses deux pieds dans la tombe.

De Berlin à Moscou, ou comme ici à New York, Rick Genest fait frissonner la secte des fashion addicts. 65 pages Facebook, 55 000 followers sur twitter et des cours de maquillage sur Youtube pour avoir sa tête de déterré : avec Rick Genest, dead is beautiful.

Il y a cinq mois, le mannequin zombie participait à l’exposition "Beautiful People", organisée par la galerie parisienne "Le Cabinet des Curieux". Björk, Dita Von Teese, Marilyn Manson ou Lukas Zpira, Rick Genest est ici en bonne compagnie. Un pavé dans la mare des canons de la beauté, ça se fête !




Liens


Réalisateur : Thierry Gautier
Caméraman : Christian Beuchet
Ingénieur du son : Marc Parazon

Tracks
vendredi, 1 juin 2012 à 01:50
Pas de rediffusion
(France, 2012, 54mn)
ARTE F

Edité le : 23-05-12
Dernière mise à jour le : 23-05-12