Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> > Men in grey

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

artistes numériques - 23/10/12

Au paradis digital, bienheureux les paranoïaques !

Un reportage de Gianni Collot

Les Men in Grey sillonnent les rues d’Helsinki, de Bruxelles ou de Berlin, leurs précieux attachés-cases à la main. À l'intérieur de ceux-ci, un concentré de technologie capable d’intercepter n’importe quel signal et de l’afficher en un éclair. Le but de ce groupuscule anonyme : démontrer que sur le net, on ne peut rien cacher !

Previous imageNext image
Revoir le reportage

Il vaut mieux une paranoia saine qu'une confiance aveugle.
Deux membres des Men in Grey vivent à Berlin. Pour la premiere fois, ils ont accepté de parler à visage découvert. Le Néo-Zelandais Julian Oliver, et le Russe, Danja Vasiliev, sont des informaticiens militants.

Armés d’ordinateurs qui tournent sur le système d’exploitation Linux, ils combattent les géants du net. Ils donnent régulièrement des cours de cyber sécurité à leurs voisins et amis et ils sont estomaqués de voir combien d'entre eux ignorent tout du net et de son fonctionnement.

La dernière trouvaille des Men in Grey, c'est "Newstweek", "l’ajusteur de news". Avec ce petit boitier inoffensif, l’utilisateur est capable de prendre le contrôle d’un réseau wifi local et d’en changer le contenu comme bon lui semble. Facile à construire, Julian et Danja ont mis le mode d’emploi de ce joujou sur le net.



Cette invention a valu en 2011 aux hackivistes des Men in Grey le Prix Ars Electronica, le grand festival de création électronique. Ce boîtier-menteur, qui ferait le bonheur des dictateurs, est si discret que même pluggé au milieu de 5000 hackers, aucun n'a détecté sa présence !



Comment surfer incognito sur le web grâce aux conseils du gourou du hack Christopher Kullenberg :


“Je surfe sur Google et si je vais sur showmyip.com, je peux voir mon adresse IP. Si au contraire j'utilise un logiciel qui garantit l'anonymat, celui-ci par exemple s'appelle TOR, il marche très bien, je peux dire à Firefox ici d'utiliser le réseau TOR pour naviguer. Ca, c'est mon IP, et si je rafraichîs cette page, c'est un peu plus lent, et d'un seul coup j'ai une nouvelle adresse IP qui commence par 199 et provient d'un routeur TOR peut-être quelque part en Allemagne. Et voilà, maintenant je suis caché.”

Pour ceux qui n’ont toujours pas retenu la leçon : petit cours d’analyse de données personnelles...


Mitt Romney, candidat à l’élection présidentielle américaine face à Barack Obama, a engagé la société Buxton spécialisée dans le datamining, l’analyse des données, pour trouver des donateurs riches.
Elle passe au crible les bases de données issues des inscriptions des internautes sur des sites marchands ou réseaux sociaux. Les informations sur les relations avec les proches, les habitudes de consommation, les paiements et impôts, une fois recoupées et analysées, permettent de mieux connaître les différents portraits psychologiques des Américains.
C'est la première fois qu'une analyse aussi poussée des données portant sur les électeurs américains est réalisée dans le cadre d'une campagne présidentielle.


Caméraman : Marjory Dejardin
Ingénieur du son : Nicolas Klein

Tracks
vendredi, 28 septembre 2012 à 01:30
Pas de rediffusion
(France, 2012, 52mn)
ARTE F

Edité le : 18-09-12
Dernière mise à jour le : 23-10-12