Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Cinéma sur ARTE > Cinéma sur Arte > Aguirre, la colère de Dieu

Cinéma sur ARTE - 21/08/12

Aguirre, la colère de Dieu

(Aguirre, der Zorn Gottes)
Film de Werner Herzog (Allemagne, 1972, 1h33mn)
Scénario : Werner Herzog
Avec : Klaus Kinski (Aguirre), Helena Rojo (Inès de Atienza), Del Negro (frère Gaspar de Carvajal), Ruy Guerra (don Pedro de Ursua), Peter Berling (don Fernando de Guzman), Cecilia Rivera (Flores de Aguirre), Dany Ades (Perucho)
Image : Thomas Mauch, Musique : Popol Vuh, Production : Werner Herzog Filmproduktion

Partie découvrir l'Eldorado, une troupe de conquistadores espagnols est peu à peu décimée par les Indiens, les fièvres et les dangers de la jungle amazonienne. Klaus Kinski, halluciné et génial, dans le premier succès de Werner Herzog.


En 1560, un corps expéditionnaire espagnol quitte les Andes péruviennes pour l'Amazonie. Objectif : le fabuleux empire de l'Eldorado. Mais la zone est marécageuse et les fièvres déciment les troupes. Le chef Don Pedro de Ursua et son commandant en second, Don Lope de Aguirre, s'engagent sur un affluent de l'Amazone. Les conquistadores sont une quarantaine, répartis sur trois radeaux. Si leur mission officielle est de trouver des vivres et un itinéraire, Aguirre a une autre idée en tête : il veut découvrir tout seul le fabuleux pays de l'or, devenir l'égal d'un Cortès et fonder une dynastie. Pour parvenir à ses fins, il destitue le chef Ursua et nomme à sa place Guzman, qui devra être à sa botte. Mais les tensions internes et les rivalités de pouvoir ne sont pas les seuls dangers...

Kinski accepte de tourner Aguirre alors que Herzog lui propose trois fois moins d'argent qu'un obscur réalisateur de western. Mais une fois sur place au Pérou, la jungle amazonienne fascine l'acteur, le tournage en devient presque accessoire. Herzog n'apprécie guère... Kinski le traite de Hitler, menace de le jeter aux piranhas et avoue après coup : "On s'est disputés jusqu'aux limites du ridicule. C'était un peu infantile, mais je ne pouvais pas faire autrement ! J'étais Aguirre..." Kinski se surpasse, en effet, et dévoile tout le génie dont il est capable. Le rôle semble fait sur mesure : la mégalomanie, la folie poussée à l'extrême, l'autodestruction, la fascination incestueuse pour sa fille, autant de thèmes qui hanteront chacun de ses rôles.

Aguirre, la colère de Dieu
jeudi, 20 septembre 2012 à 01:15
Pas de rediffusion
(Allemagne, 1972, 91mn)
ARTE F

Edité le : 21-08-12
Dernière mise à jour le : 21-08-12