Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> > Afro Punk

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

27/09/12

Afro Punk

Afro punk – un genre qui a longtemps projeté son ombre sur les marges d’un univers rock globalement connoté « blanc ». TRACKS passe en revue l’histoire du punk version black, avec l’ethnomusicologue Santigold et les vétérans de l’afro punk de 24-7 Spyz.

Previous imageNext image
La musique de Santigold a un petit parfum de révolution ! Et c’est nul autre que Jay-Z qui le dit ! A 36 ans, elle incarne probablement un des phénomènes les plus complexes et les plus futés de l’univers musical actuel. Rien d’étonnant à cela : elle ne puise pas seulement ses racines dans le hip hop, mais également dans le punk, plus précisément dans l’afro punk, ce qui est pour le moins rafraîchissant. Santigold livre une fusion radicalement personnelle entre électro, world, punk et breakbeat. Ce qui en fait la productrice du moment.


Santigold
Pour moi, être créatif, c’est avoir la possibilité d’intégrer concrètement à son monde des choses existantes, de jouer avec elles et d’en faire quelque chose de neuf. Donner naissance à ce qui n’existait pas avant. Quel que soit le support – ça peut être n’importe quoi, comme tout le monde le sait depuis le dadaïsme. 
 
En suivant le parcours de Santigold, on est plongé au beau milieu de toute cette effervescence. De Darryl Jenifer, le bassiste de Bad Brains, producteur des deux premiers albums de Santigold, on passe à Jimi Hazel et aux 24-7 Spyz. Des groupes qui par leur fusion de punk, funk et hard rock étaient des références majeures du nu metal au début des années 1990. L’ado qu’était alors Santigold n’en n’est pas ressortie indemne.
 
Jimi Hazel – 24-7 Spyz
La musique que nous faisions était au croisement des premiers enregistrements hip hop  et des disques punks. Faut s’imaginer Rammellzee changeant de beat, avant de passer aux Buzzcocks. C’était la première fois – mis à part la fois où j’ai vu les Pistols à la télé que je me suis : wouah, l’anarchie, ça le fait !
 
Les Bad Brains ont longtemps passé pour les précurseurs du punk et du hardcore version black. Jusqu’à ce que récemment, le New York Times présente une trouvaille archéologique de l’ère pré-punk. Un enregistrement du groupe « Death » datant de 1976. Restée inédite jusque-là, cette bande prouve qu’un groupe punk noir peut contredire tous les clichés du show business alors en vogue.
 
Jimi Hazel – 24-7 Spyz
Pour les médias, le rock demeure blanc. C’est du moins la vision à laquelle ils veulent vous faire adhérer. J’ai assisté à des réunions avec des mecs des majors du disque. Un gars est allé jusqu’à dire qu’il voulait créer du « rock de casseurs » (thug rock). Ben ouais, tu sais bien, quand tu parles de noirs, faut qu’il y ait de la casse, tu vois ce que je veux dire !
 
Jeff Brodnax – 24-7 Spyz
J’étais le seul black du quartier. Ils étaient tous à me dire : « T’es un alien, mec. T’es zarbi. » Tout ça parce que des kids blancs m’avaient branché sur des trucs comme Led Zep, Sabath and co. Moi, j’étais sonné. Au début, je me suis dit que ces mecs savaient juste hurler.
  
TRACKS remonte aux sources de l’afro punk et s’entretient avec ses vétérans, mais aussi avec les précurseurs de la scène actuelle.

Album

Santigold – Master of My Make-Believe, Warner Music International (Warner), Mai 2012.


(Re)voir le reportage « Afro Punk » du 21 septembre 2012 :




Links


Tracks
vendredi, 21 septembre 2012 à 01:25
Pas de rediffusion
(Allemagne, 2012, 52mn)
ZDF

Edité le : Tue Sep 04 12:00:00 CEST 2012
Dernière mise à jour le : Thu Sep 27 14:58:09 CEST 2012