Taille du texte: + -
Accueil > Mang'Arte > Planète Manga > Interviews mangaka & dessinateurs > Zhang Xiaoyu

Octobre 07 - 02/10/07

Zhang Xiaoyu

© Nicolas Trespallé
Zhang Xiaoyu
Inconnue chez nous, il y a encore deux ans, la BD chinoise, le manhua a débarqué en France sous l’impulsion de la petite et entreprenante maison d’édition Xiao Pan portée par son talentueux poulain, Benjamin.
Il était temps pour Mang’Arte de se tourner vers ce secteur qui se fraye lentement mais sûrement une place dans les rayonnages en rencontrant l’un de ces « manhuajia » Zhang Xiaoyu, dessinateur et éditeur à la forte personnalité qui publie ces jours-ci Sombre futur après L’Envol, un récit critique en forme de fable sur les errements de la Révolution culturelle chinoise (Xiaopan).

Mang'Arte : Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir dessinateur de manhua ?
C’est ce que j’avais de mieux à faire. Ca me donne confiance dans la vie de faire de la bande dessinée !

Mang'Arte : Pour quelles raisons ?
La BD rend la vie beaucoup moins ennuyeuse qu’elle n’est !

Mang'Arte : À quand remonte votre premier contact avec la BD ?
C’est à l’école primaire que j’ai découvert la BD, je lisais la production japonaise mais également américaine. Je suis un grand admirateur de Don Lawrence [dessinateur hyperréaliste anglais, créateur notamment du héros stéroïdé Storm, ndlr].

Mang'Arte : Et plus précisément au niveau du manga vers quoi penchiez-vous ?
Pour ce qui est du manga, ce sont plutôt les mangas sexy qui m’attiraient et les bandes dessinées que les Japonais ont faites pendant la guerre.

Mang'Arte : Qu’avaient-elles donc de particulier ?
Ce sont des BD qui avaient beaucoup d’énergie !

Mang'Arte : Dans l’Envol, la première histoire revient sur le supplice d’un enfant dont le père a été humilié lors de la Révolution culturelle. Vous êtes trop jeune pour avoir connu cette période tourmentée de l’histoire chinoise, pourquoi avoir voulu aborder ce sujet ?
Il n’y a pas vraiment besoin d’avoir connu la Révolution culturelle pour en parler. J’ai essayé de montrer comment une nouvelle pensée essayait de s’imposer en Chine. Je voulais mettre en scène un héros qui voulait s’opposer à ça, quelqu’un qui voulait se démarquer de la masse.
La Révolution culturelle n’est qu’un décor, je voulais aussi parler de la vie des hommes de la génération des années 70.

Mang'Arte : Dans la postface de L’Envol, le rédacteur en chef Wang Sai Li dit qu’il s’agit d’une « des rares BD contemporaines à avoir des caractéristiques chinoises » ? À votre avis, quelles sont ces caractéristiques et qu’est-ce qui distingue la BD chinoise de la BD coréenne ou japonaise ? 
La seule caractéristique que je vois pour le moment c’est que la BD chinoise parle de la vie des gens en Chine. Artistiquement, il n’y a pas de spécificités, le marché est encore trop étroit, les auteurs ont vingt ans, c’est quelque chose qui est en train de se construire. Il y aura certainement des caractéristiques à l’avenir mais ce n’est pas encore le cas aujourd’hui. Si les auteurs pouvaient exprimer leur ressenti et apprendre à mieux le coucher sur le papier, on arriverait à trouver un trait distinctif. Mais je ne suis pas pessimiste.
Mang'Arte : Quelle est la place de la BD en Chine ? Est-elle une littérature réservée à la jeunesse ?
Aujourd’hui, c’est une BD tournée d’abord vers les adolescents. À l’avenir, le marché va certainement s’élargir vers les adultes. J’espère avoir encore de l’énergie à ce moment-là, vers 60 ou 70 ans !

Mang'Arte : C’est difficile de vivre de la BD et du dessin en Chine ?
J’arrive à en vivre. Pour les autres c’est très dur. C’est très différent de la situation des auteurs de BD français ou japonais. En Chine, ce qui est difficile, c’est qu’on ne peut pas se concentrer uniquement sur la création, les dessinateurs doivent être pratiquement leur propre éditeur, ils doivent vendre leur bouquin, la diffusion est problématique. Moi, j’ai la chance d’avoir six personnes qui travaillent avec moi, je peux me reposer sur elles.

Mang'Arte : Le second récit qui accompagne L’envol est inspiré d’une histoire d’Isaac Asimov. Cet auteur est-il une référence pour vous ?
J’ai été rédacteur en chef d’un magazine de science-fiction pendant huit ans. Oui, j’ai lu beaucoup de romans de Isaac Asimov et j’appréciais cette histoire, c’est pour cela que j’ai voulu l’adapter.


© Zhang Xiaoyu
Mang'Arte : La science-fiction est-elle un genre développé dans la BD chinoise ?
Non. Mais quand je fais de la BD je ne me concentre que sur mon travail. Je ne regarde pas comment est le marché de la BD, d’autant qu’il est tellement petit.

Mang'Arte : Quelle est la forme la plus courante pour lire de la BD en Chine. Est-ce en revue, en recueil ? Existe-t-il un système de location ?
La plupart du temps, une BD est pré-publiée en magazine puis en recueil. Il y a des livres que l’on peut louer mais la plupart du temps ce n’est pas de la BD.


Mang'Arte : Que vous inspire le succès de la BD asiatique en France et l’intérêt récent que portent les éditeurs français pour la BD chinoise ?
Je suis heureux de voir que la France est ouverte à différents types de BD venant d’un peu partout. Je trouve que c’est très enrichissant pour la BD chinoise. Je suis heureux d’être là. Je constate que la BD chinoise est confidentielle par rapport aux autres BD asiatiques, notamment japonaises mais elle va grignoter petit à petit et se faire une vraie place.


Mang'Arte : Quels sont vos projets ?
Je veux surtout encadrer de jeunes dessinateurs et leur permettre de rentrer sur le marché français. Quant à mon projet, je suis en train de faire une BD sur l’histoire d’un village des temps anciens à aujourd’hui. C’est un moyen de parler des différentes époques en Chine, celles de la dynastie Ying et Ming qui coïncidèrent avec une phase de grand rayonnement pour la Chine, la guerre avec le Japon, la Révolution et la Révolution culturelle... 


Propos recueillis par Nicolas Trespallé à Angoulême, janvier 07.
Remerciements à Laurent Mélikian

.............................................................................
Mang'Arte, le magazine du manga différent
Mangas - Animes - Strips & dossiers complets & interviews
www.arte-tv.com/mangarte
#31 - Octobre 07
..............................................................................

Edité le : 02-10-07
Dernière mise à jour le : 02-10-07