Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> Emission du 12 février 2004 > Vision - Réseaux

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

10/02/04

Vision - Réseaux

Emission du jeudi 12 février 2004 à 23h10
Rediff. le samedi 14 février à 17h45
Rédaction: ARTE France, Program33

Vision - Réseaux
On appelle ça les flash mobs, littéralement les "foules-éclairs". Apparues pour la première fois en juin 2003 à New York, ces rencontres de quelques minutes absurdes et poétiques, organisées par le biais d'internet se répandent partout en en Europe, aux USA, en Russie, en Inde, et jusqu'en en Amérique du sud. Aujourd'hui, à Paris, le mot d'ordre, c'est de dessiner n'importe quoi sur parvis de Notre-Dame.

Aux USA où il est né, le réseau est au centre de la vie sociale et politique. Si les candidats à l'élections présidentielles comme Howard Dean s'en servent pour trouver les fonds de leur campagne, Il est aussi passé aux mains des poètes et des activistes. A Harlem, William Etundi considère son site "Complacent.org" comme un self-service interactif où les enragés viennent trouver l'inspiration.

Will Etundi
Y'a des gens qui sont en marge du consensus politique où qui ne se reconnaissent pas dans la politique actuelle, mais ils ne savent pas ou se brancher. Alors le site Complacent.org permet à ces gens d'accéder à toutes sortes d'autocollants, d'affiches, d'informations sur les réunions, les actions politiques ou les fêtes. Ces gens découvrent l'activisme à travers nos coups de provo.

Inspiré par Guy Debord et les Situationistes français, Will détourne les images qui représentent la conscience collective des américains. Après avoir imprimé ces slogans sur le site Complacent.org, les cyberactivistes collent et multiplient ces images dans les rues de New York. Pour Will, une fois sortis de l'écran de l'ordinateur, ces slogans se répandent comme un virus contre le politiquement correct.
Pour agrandir le réseau, encore faut-il le rendre accessible au plus grand nombre. C'est le projet de Yuri Gitman, inventeur du Magic Bike, un vélo wi-fi qui multiplie les bornes internet dans la cité. Ce soir, avec les activistes de Critical Mass, il retransmet une manif antipollution en direct sur le web. Yuri Gitman a d'ailleurs remporté le prix ars electronica 2003 avec son Magic Bike.

La texane Alison Lewis, elle, a décidé de faire progresser le réseau sur le terrain de l'amour. Ses bagues utilisant le réseau sans fil du wifi permettent à deux amoureux de communiquer n'importe où dans le monde. La simple caresse d'une bague à New York déclenche l'échauffement de l'autre à Berlin. Trop romantique!
Et puisqu'on peut communiquer à deux, autant communiquer tous ensemble dans les share-parties. A l'Open Air Bar, un bar d'East Village, depuis deux ans, on vient avec son portable chargé de beats et d'images pour se fondre à plus de cent dans une jam-session sans contrainte. Ici, plus de spectateur, tout le monde est acteur de la soirée.

>> Les flash mobs
>> Le ParisMOb
>> "Intelligente" ou seulement "éclair", une foule de 1000 à 2000 personnes est attendue - un article de transfert.net

>> Share au club transmediale à Berlin - qui sont-ils? que font-ils?
>> complacent.org
>> Un vélo, un caddie et un pousse-pousse wifi - un article de transfert.net

>> Site de Yuri Gitman
>> Le Magic Bike

>> Alison Lewis
>> Le projet de bagues

>> Reportage sur le wifi à Paris - rubrique mulimédia de Telerama.fr
>> Qu'est ce que le Wifi
>> Pour les allemands - Freie Netze le livre d'Armin Medosch sur le réseaux wifi

Edité le : 22-04-04
Dernière mise à jour le : 10-02-04