Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> > Vers une destitution du président roumain

ARTE Journal - 07/07/12

Vers une destitution du président roumain

Modification de lois, querelles institutionnelles, lutte de pouvoir et d'influence, mobilisation de la rue, tout est là pour enflammer la vie politique de l'été en Roumanie. Le pays est secoué par une crise institutionnelle depuis début juillet, quand le gouvernement dirigé par le Premier ministre socialiste Victor Ponta a entamé une procédure pour destituer le président de centre-droit Traian Basescu. Un référendum devrait être organisé dans un mois pour décider de son avenir.

Previous imageNext image
Arrivée au pouvoir le 7 mai dernier, suite à une motion de censure, la coalition des socialistes et des libéraux a déclenché une véritable offensive contre les institutions de l’Etat pour faciliter la destitution d’un président qui, selon elle, outrepasserait ses fonctions.

"Un véritable coup d'Etat"
Le gouvernement a déjà destitué "à la hache" préfets, hauts fonctionnaires, directeurs de la télévision et de la radio publique, le Médiateur officiel (appelé avocat du peuple en Roumanie), les présidents du Sénat et de la Chambre des députés, et nombre d’autres fonctionnaires considérés infidèles. "C’est un véritable coup d'Etat, affirme l’eurodéputée roumaine Monica Macovei, ancienne ministre de la Justice à l’origine d’une réforme radicale du système judiciaire roumain très appréciée de la Commission européenne. Il est temps que les Roumains regardent cette vérité en face et qu’ils se mobilisent, sinon la dictature et la tyrannie peuvent s'installer à tout moment".

Une bataille pour la justice
Jeudi 5 juillet les socialistes se sont présentés au Parlement pour demander la destitution du président. Le vote devrait intervenir vendredi 6 juillet en fin d’après-midi, mais le résultat est connu d’avance, l’actuel gouvernement ayant réussi en quelques jours à prendre le contrôle des principaux leviers de l’Etat. Le problème c’est que le gouvernement a mis hors jeu la Cour constitutionnelle en amputant ses pouvoirs par ordonnance d’urgence. Le 3 juillet le président Traian Basescu a sommé publiquement le Premier ministre et les partis au pouvoir de « cesser immédiatement toutes les actions contre les institutions de l’Etat qui visent à mettre la justice sous contrôle. » C’est là le véritable enjeu, l’ex-Premier ministre socialiste Adrian Nastase ayant été condamné le 20 juin à deux ans de prison ferme dans une affaire de corruption. Du jamais vu en Roumanie, et d’autres hommes politiques devraient suivre. La bataille pour la justice est devenue un combat à couteaux tirés entre un système réputé pour sa corruption endémique et des institutions qui entendent faire respecter la loi.

Mirel Bran pour ARTE Journal
Reportage de Mirel Bran à Bucarest le 05/07/2012 sur une manifestation de soutien au président roumain Traian Basescu menacé de destitution :

Edité le : 06-07-12
Dernière mise à jour le : 07-07-12