Taille du texte: + -
Accueil > Europe > Karambolage

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

> Emission du 10 juin 2007 > le quotidien : la course des garçons de café

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

Un magazine de Claire Doutriaux

Emission du 10 juin 2007 - 10/06/07

le quotidien : la course des garçons de café

la course des garçons de café


Nikola Obermann nous invite maintenant à participer à un rituel bien français : la course des garçons de café.


cafe_1.jpg.imageDataPantalon noir, gilet noir, chemise blanche, nœud papillon, plateau rond. Vous l’avez reconnu ? C’est un garçon de café français. En France, le garçon de café est une institution, un emblème. Il a une mémoire d’éléphant, un sens de l’équilibre sans pareil et des mollets en acier. Car il court toute la journée. Enfin, il marche vite, très vite. C’est qu’il est pressé, le garçon de café. Et ceux qui disent qu’il est par principe désagréable ont tort. Le garçon de café n’est pas arrogant, il est fier.


Il n’est pas impoli, il est impatient. Il n’est pas brusque, il est rapide. Et ce sont cette fierté et cette rapidité qui sont régulièrement mises à l’épreuve lors d’un événement estival qui peut paraître, au premier abord, assez surréaliste : la course des garçons de café.

cafe_2.jpg.imageDataCet événement est généralement initié par le syndicat d’hôtellerie de la ville. Les participants, garçons de café et serveuses, sont d’abord munis chacun d’un plateau bien chargé puis, un numéro sur le dos, tels des marathoniens, ils se lancent sur un parcours de quelques kilomètres pour gagner un briquet en or ou un magnétoscope.



Extraits du règlement :
"La course est ouverte exclusivement aux professionnels de l’industrie hôtelière de France."
"Le port de la tenue de travail est obligatoire. Pour les femmes : jupe noire, corsage blanc, petit tablier blanc conseillé, chaussures de ville."
"Pour les hommes : pantalon et veste de service, chemise avec cravate ou noeud papillon, chaussures de ville. Sont exclues toutes les formes de chaussures fantaisie, telles que baskets, espadrilles, chaussons ..."
Le plateau supportera 5 récipients pleins : 1 bouteille, 3 verres et un café. 

Maintenant, avis aux tricheurs potentiels : "Ce plateau sera tenu par le dessous, d’une seule main et sans aucun adhésif. La surface du plateau sera normalement lisse, sans enduit poisseux ou collant".

cafe_3.jpg.imageDataEnfin, il sera interdit sous peine de disqualification : de courir, de modifier le contenu du plateau, de ne pas emprunter le parcours officiel, de remplacer les verres ou bouteilles brisées ou de les remplir. Bon, c’est compris ? Il s’agit d’une course dans laquelle la course est interdite.  On ne triche pas ! Et on se comporte bien car "les épreuves étant organisées dans le but de promouvoir la profession, les organisateurs sont très attentifs à la bonne présentation et au comportement des engagés".


Voilà tous les ingrédients de ce rituel bien français qui a disparu de Paris il y a quelques années – il paraît que l’organisation était devenue trop compliquée mais il s’agit plus probablement d’une bisbille des brasseries sponsorisant l’événement -. En tout cas, n’ayez crainte, la course des garçons de café se perpétue bon an mal an sous le regard amusé des passants de Marseille, Dijon, Lille et de beaucoup d’autres villes françaises.



Texte : Nikola Obermann
Image : Gilles Roqueplo

Edité le : 07-06-07
Dernière mise à jour le : 15-06-10


+ de Europe