Taille du texte: + -
Accueil > Europe > Méditerranée

Méditerranée

La première année de l’Union pour la Méditerranée (UPM) s’est déroulée dans la plus grande discrétion. À tort ou à raison ? Premier bilan.

> Archives > Sarkozy ou Obama

Méditerranée

La première année de l’Union pour la Méditerranée (UPM) s’est déroulée dans la plus grande discrétion. À tort ou à raison ? Premier bilan.

Méditerranée

Analyse - 20/07/10

Sarkozy ou Obama : qui est le vrai poids lourd au Proche-Orient ?

Le président français et son homologue américain entendent jouer un rôle politique de première importance dans la région du Proche-Orient. Mais Nicolas Sarkozy a eu beau essayer de mettre le poids de l'Union européenne dans la balance, lors de sa présidence de l'UE en 2008, notamment avec la création de l'Union pour la Méditerranée, il est loin de disposer des mêmes atouts que Barack Obama. Et celui-ci a marqué des points décisifs avec son « discours du Caire », le 4 juin dernier.

Tous les deux courtisent le monde arabo-musulman. L’un a essayé d’établir un lien fort entre l’Europe et le Proche-Orient en créant l’Union pour la Méditerranée (UPM). L’autre tend la main aux musulmans en évoquant ses propres origines et en affirmant son souhait d’apporter la paix dans la région. Nicolas Sarkozy et Barack Obama veulent chacun devenir l’allié préféré des pays de la rive Sud de la Méditerranée. Le président américain a prononcé au Caire, le 4 juin, un discours très attendu, marquant des points par rapport au président français.

Lors de son allocution à l’Université du Caire, Barack Obama a réussi à capter l’attention de son public en s’appuyant sur ses références religieuses. Le président américain a non seulement parlé de Dieu mais a aussi cité le Coran, une première dans l’Histoire. "Le saint Coran nous enseigne que quiconque tue un innocent tue l'humanité tout entière", a-t-il dit avant d’ajouter : "La religion devrait nous unir." Obama n’a pas pour autant oublié de s’adresser à la communauté chrétienne vivant dans la région ni aux juifs. Pour les fidèles des trois religions monothéistes, il a souhaité un monde pacifique, sans armes nucléaires "où les droits de tous les enfants de Dieu sont respectés". Par ailleurs, il a promis de vouloir lutter contre les préjugés qui touchent les musulmans, en souhaitant qu'en retour le stéréotype du méchant « empire américain » soit lui aussi abandonné.

« Obama, on vous aime ! »
Son discours fédérateur a été applaudi et une personne présente n’a pu s’empêcher de crier : "Barack Obama, on vous aime !", au moment où le président a déclaré que des élections ne font pas forcément une démocratie. Cette position n'avait rien pour plaire au président égyptien Hosni Moubarak, d'ailleurs absent lors de l’arrivée d’Obama et de son discours. Les mécontents du président américain sont aussi les Israéliens. A la veille du discours, Israël Katz, un proche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, a déclaré qu’Obama avait « une approche différente [de celle du président George Bush], il envoie d'autres messages au monde arabe et musulman, c'est une autre réalité, qui n'est pas facile. » Il a par ailleurs mis en garde contre les désaccords entre son pays et les Etats-Unis qui « se sont récemment aggravés».

Le gouvernement israélien semble avoir du mal à accepter la demande de Barack Obama de cesser la colonisation et d’aider à la création d’un État palestinien. Le 14 juin, Netanyahou s’est enfin dit prêt à permettre la création d’un État palestinien, mais en ajoutant que celui-ci doit être démilitarisé et que Jérusalem ne sera pas sa capitale. Il a par ailleurs refusé un gel de la colonisation. Quand l’Union européenne, lors de la présidence française l’an dernier, avait formulé les mêmes exigences, les Israéliens n’avaient montré aucun signe d’angoisse. Le pouvoir de la France, voire de l’Union européenne, apparaît donc plus restreint que celui des États-Unis dans le monde arabe.

Nicolas Sarkozy contraint de s'aligner
Le désir de renforcer l'influence européenne dans la région est un des facteurs qui a présidé à la création de l’Union pour la Méditerranée en juillet 2008, à l'initiative de la présidence française de l'UE. Mais cette union est encore trop jeune et, surtout, sans véritable structure, pour permettre à l’Europe d’exercer un pouvoir politique au Proche-Orient. Déjà, l’UE a souvent du mal à parler d’une seule voix et, quand elle le fait, son discours n'a pas toujours la pertinence nécessaire pour provoquer les réactions souhaitées. Par rapport à l’UE, les États-Unis jouent un rôle de médiateur historique ; ils sont forts de capacités militaires impressionnantes et ne portent pas le fardeau d’être, comme les pays européens, une ancienne puissance de colonisation. Si la nouvelle administration américaine réussit à convaincre les musulmans d'abandonner le préjugé de l’ « Empire avide » à l'encontre des États-Unis et à forcer la main aux Israéliens, elle pourrait faire bouger les choses. Avec l’Égypte et l’Arabie Saoudite, les États-Unis sont les vrais « peacemakers » (faiseurs de paix) entre Israël et la Palestine, malgré les efforts de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UE.

Le président français doit se contenter de faire bonne figure face à l’Obamania. Confronté à la popularité du président américain, il s’est vu contraint d'afficher son accord total avec les propos d’Obama au Caire concernant les grandes lignes politiques. Il s’est même permis d'avoir une position ambiguë sur la question du voile alors qu'auparavant il affichait son opposition catégorique au port du voile. Une attitude peu risquée, étant donné que la loi sur la laïcité a déjà été adoptée en France. La seule pomme de discorde entre les deux chefs d'État reste la question de l’adhésion de la Turquie à l’UE, à laquelle Nicolas Sarkozy n’a pas caché son opposition.

Tout ce que peut faire le président français, c'est se montrer patient en attendant une prochaine occasion de s’imposer sur la scène internationale. Son homologue américain doit, lui, joindre maintenant les actes aux paroles.

Iris Hartl


POUR EN SAVOIR PLUS

Edité le : 29-06-09
Dernière mise à jour le : 20-07-10