Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> > Ruff Ryders

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

22/02/11

Ruff Ryders

Un reportage de Letmyia Sztalryd


Les cavaliers noirs ont sellé leur monture. En guise de Jolly Jumper : des grosses cylindrées qui leur obéissent au doigt et à l’œil.

Previous imageNext image
Voir un extrait du reportage

Ils brûlent l’asphalte dans toute l’Amérique. Dès 2001, Gwen Stephanie fond pour le freestyle en gros cube grâce à Eve. Quatre ans plus tôt, la rappeuse new yorkaise avait intégré l’un des plus importants gangs de motards made in USA: les terribles Ruff Ryders.

Ils sont noirs, ils font des cabrioles en grosses cylindrées et en plus, ils produisent des disques: plus de 20 millions d'albums vendus dans le monde. Les Ruff Ryders comptent 43 "chapitres" motards à travers tous les Etats-Unis et jusqu’en Europe.

Ils ont jeté un pont inédit entre la moto et le hip-hop. Qu'il soit "soldat, sergent ou lieutenant", les grades de la bande, chacun affiche fièrement ses couleurs. Leur credo: "aimés par certains, détestés par beaucoup, mais respectés par tous"! Pour entrer dans ce club, il faut passer des épreuves initiatiques tenues secrètes. Les aspirants, ou "prospects", patientent parfois des années avant d'être officiellement acceptés.

Un style de vie inventé en 1988 par Chivon Dean et ses deux frères Dee et Joaquin. En vrai parrain, Joaquin déteste les interviews. "Je ne suis pas le plus dur des Ruff Ryders. J'ai juste eu la chance de pouvoir rassembler des gens. Il faut beaucoup de monde pour monter un truc pareil, tu ne peux pas le faire tout seul".

Aux origines, Ruff Ryders, les cavaliers durs à cuire, c’est le nom d'un régiment qui s'illustra en 1898 lors des guerres hispano-américaines. En 1988, Joaquin baptise ainsi son label de hip hop new yorkais. Parmi les rappeurs de son écurie, il y a de nombreux motards et surtout un pur-sang : DMX qui leur dédicace cet hymne, le "Ruff Ryders Anthem".

"Pour tourner ce clip, on n’avait pas prévu ce défilé dans les rues. On pensait qu'il y aurait peut être une centaine de bikers mais ça c'est terminé avec 4 ou 5000 motards. On a envahi New York ce jour-là. Les flics ont essayé de nous arrêter, mais on les a ignorés et on est partis se balader. On a été les maîtres de la ville pendant toute la journée. J'oublierai jamais ça !"

A 150 kilomètres de New York, Philadelphie tient une place à part dans l'histoire des Afro-américains. Etape majeure de 'l'underground Railroad", la voie qu'empruntaient les esclaves en fuite venus du Sud, elle vit naitre la première société d'entraide noire en 1830. Dans le dur ghetto d'East Philly, Reggie, président des Ruff Ryders pour la côte Est, perpétue cette tradition de la « City of Brotherly Love », la ville de l'Amour Fraternel.

Fils du premier shérif noir de Philadelphie, Reggie a transformé sa maison en QG des Ruff Ryders. Parmi la cinquantaine de membres que compte son club, on retrouve toute sa famille. Malgré la maison-mère new-yorkaise qui vend des millions de disques, chaque club doit se débrouiller seul pour financer ses activités. Les produits siglés du double R envahissent la vie de Reggie et de sa femme Dreen.

La grande invention des Ruff Ryders, c'est son "Lifestyle" utilisant les stars comme DMX ou Eve pour promouvoir des produits dérivés à la gloire du gang. Un "Style de vie" qui dépasse le Rap ou la moto, puisque des chapitres "automobiles" ou "sports nautiques" ont été créés. Il existe même un crew d'éleveurs de Pitbulls qui vend des croquettes pour chiens et un chapitre de bodybuilders, le "Thug Workout", spécialisé dans la muscu’ façon taulard.

Dès le milieu des années 50, les gangs de motards noirs pulullent en Amérique. A Oackland, en Californie, les Dragons font concurrence aux Hell's Angels dont ils partagent les codes et les rites initiatiques. Ostracisés par les motards blancs, ils participent à leur manière au black power. En 1967 avec Kathleen Cleaver en passagère, ils assurent le service d'ordre des Black Panthers.

Même si c'est le noir californien Ben Hardy qui construisit la moto d'Easy Rider, exposée aujourd’hui dans les musées du Monde entier, l’histoire de ces black bikers reste méconnue.

Avec Reggie et ses Ruff Ryders, les motards noirs tiennent leur revanche. Lors de leurs équipées sauvages, ils ont un mot autour du cou :

"Faites que nous traversions tous ces chemins difficiles, ces voyages et ces aventures ensemble. Que nos moteurs rugissent et que nos pneus crissent quand on trace la route. Faites que nous soyons saufs. Nous roulons pour nos soldats tombés, pour notre liberté. Nous roulons pour l'amour fraternel, nous roulons pour nos potes et pour la famille des Ruff Ryders ".

Ed 1000


Ed 1000 est le Maurice Béjart des grosses cylindrées. Pour ce virtuose, la moto est aussi maniable qu’une planche de skate. Icône des Ruff Ryders, ce pilote de 31 ans, champion américain de "Stunt", cascades en vf, détient le record de la ballade en roue arrière avec près de 100 kilomètres d’une seule traite. C’est en pièces détachées qu’Ed 1000 achète ces monstres qu’il assemble en une semaine.

"Ma première cascade, c'était mon premier jour sur une moto. Au bout d'une semaine, je faisais 400 mètres en roue arrière. Et au bout de trois mois, je faisais huit kilomètres en roue arrière sur l'autoroute à 200 à l'heure."


Steve Kehler


Depuis 25 ans, l'atelier de Tricked Out Motorcycles adapte les techniques du « lowriding » automobile aux motos sportives. Vénéré dans l'univers très fermé des customs, son patron Steve Kehler est devenu le sponsor officiel des Ruff Ryders de Philadelphie.

"J'invente beaucoup de trucs en dormant. Je rêve et j'ai plein d'idées. Je les vois dans mon sommeil et je les dessine au réveil."

Steve est rentré dans la légende avec des inventions comme des pompes hydrauliques montées sur un quad.


Liens



Vidéo- Gwen Stéphanie et Eve

Let me blow your mind


Tracks
samedi, 28 février 2009 à 03:00
Pas de rediffusion
(France, 2009, 52mn)
ARTE F

Edité le : 24-02-09
Dernière mise à jour le : 22-02-11