Taille du texte: + -
Accueil > Monde > Burnout > Votre soirée Thema

Burnout

Cliquez ici...

Burnout

Thema - Mardi 17 novembre à partir de 22h35 - 02/12/09

Quand travailler tue

Enquête sur le phénomène du burn out


Alors que les suicides liés aux conditions de travail dans les entreprises se multiplient, ARTE va à la rencontre de salariés victimes de pressions de plus en plus fortes. Éléments d’analyse.

Les cadres ne sont pas les seuls à se plaindre du stress, de la pression, du surmenage. Plus bas dans la hiérarchie, on n’est pas en reste : au cours des dix dernières années, les maladies psychiques ayant pour origine le stress au travail ont progressé de 70 % ! Une expression a fait son apparition dans le vocabulaire, le « burn out », ou « syndrome d’épuisement professionnel ». On pense bien sûr en France aux vagues de suicides chez Peugeot, Renault et France Télécom. Bien souvent, les auteurs de cet acte fatal étaient des cadres actifs placés assez haut dans l’échelle des salaires, mais qui ne supportaient plus la pression croissante au travail. Comment expliquer cette évolution ?

Course à la performance


Depuis le milieu des années 90, le monde du travail a radicalement changé. Les entreprises périclitent ou fusionnent, les emplois apparaissent et disparaissent, les postes en CDI sont remplacés par des CDD, les entreprises sous-traitent à tour de bras, souvent auprès de petites sociétés qui n’obtiennent que des contrats de courte durée. La peur de perdre son emploi, le risque de déclin social ont pour effet une course à la performance. Selon Michael Schumann, sociologue à Göttingen, le monde du travail se caractérise par une cruauté croissante. Le harcèlement se multiplie dans les entreprises. Pour y résister, mieux vaut avoir le cuir épais.

La peur de craquer


Les petits jeux malsains de mise à l’écart et de chouchoutage sont devenus quotidiens. De plus en plus, la peur de craquer au travail s’installe. De surcroît, les rapides mutations des techniques de communication font monter la pression sur les salariés. Pour beaucoup, c’est aujourd’hui tout naturel d’être joignable en soirée et le week-end. On a pris l’habitude de consulter ses courriels à toute heure, en tout lieu, sur le net ou sur le Blackberry, de faire tout en même temps : coordonner des projets, fixer des rendez-vous, répondre à des questions, prendre des décisions. Notre système économique ne peut se maintenir que si nous gagnons du temps. La technologie permet la densification du travail qu’en retour elle accroît. Et le fait d’être en permanence au four et au moulin rend agressif, nerveux, improductif. Pour tenir la pression et gagner en efficacité, de plus en plus de salariés recourent aux psychotropes. Pour certains, la pression est telle que la seule issue est de se donner la mort. Une évolution périlleuse et choquante.



Cette soirée thématique s’intéressera aux poids de l’économie sur le travail, aux subterfuges utilisés par les intéressés pour tenir la pression, ainsi qu’aux alternatives et aux évolutions à venir.

Frédérique Guillon

Surmenage - Quand rien ne va plus

samedi, 27 novembre à 13h00

Quand il faut en faire toujours plus, encore plus vite, la dépression guette… Le phénomène du burn out touche tous les métiers.



Gerald Hüther, neurobiologiste

Le dopage au travail

vendredi, 26 novembre à 10h00

Pour résister à une pression croissante, beaucoup de salariés ne voient pas d’autre issue que les médicaments ou les drogues.




Olaf

Adieu carrière, adieu galère

mardi, 01 décembre à 04h15

Comment décrocher sans se retrouver marginalisé ? Histoires d’une femme et de deux hommes qui ont un jour décidé de changer de métier.



Edité le : 16-10-09
Dernière mise à jour le : 02-12-09