Accueil > Programmes
TV Guide
Affichage en colonnes Affichage en lignes
19:00
Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Ma rediffusion
Ma rediffusion

Douces France(s) (7/10)

En région Centre

DÉTAILS
Dossier
Fermer

Tout autour du monde, cinq hommes, inventeurs de la cuisine de demain, s’appuient sur les traditions culinaires et agricoles et mettent en valeur l’écosystème de leur région pour régaler leurs convives et réfléchir à notre destin alimentaire.

accéder au dossier Le bonheur est dans l'assiette

mardi, 24 janvier 2012 à 19:00

Rediffusions :
31.01.2012 à 16:35
07.02.2012 à 13:30
11.02.2012 à 06:45
04.01.2013 à 20:05
25.01.2013 à 12:05
Douces France(s) (7/10)
(France, 2011, 43mn)
ARTE
Réalisateur: Xavier Lefebvre

Stéréo 16 / 9 HD natif

Un superbe panorama terrestre et aérien des plus belles régions de France. Cette fois-ci : la région Centre, concentré de raffinement et de verdure.

En Touraine, Xavier le maraîcher est le chantre de la biodiversité végétale et alimentaire, qu'il célèbre jour après jour dans son "champ de pagaille" - où il cultive des plantes aux goûts surprenants. Grimper aux arbres, c'est dans les cordes de Cédric, amoureux fou de tout ce qui a un tronc et des branches. Dans ses champignonnières du Loir-et-Cher, où il cultive pieds bleus, shiitaké et champignons de Paris, Maurice a sculpté une incroyable ville souterraine dans le tuffeau. Au fil de la Loire, Jean le batelier nous invite à voguer sur ce fleuve capricieux et fascinant, à bord de l'une de ses embarcations traditionnelles. Grâce à Chantal, au château de Chaumont, les jardins ont leur Festival international, et il y en a pour tous les goûts ! Dans le sud du Berry, à La Châtre, Bernard le luthier fait résonner ses vielles d'hier et d'aujourd'hui...

19:45
Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Ma rediffusion
Ma rediffusion

ARTE Journal

Nouvel horaire, nouvelle durée, nouveaux décors et… nouveau visage !

DÉTAILS
Dossier
Fermer

Le journal de l'actualité européenne

accéder au dossier ARTE Journal

mardi, 24 janvier 2012 à 19:45

Rediffusions :
Pas de rediffusion
ARTE Journal

16 / 9

Nouvel horaire, nouvelle durée, nouveaux décors et… nouveau visage !

Désormais entièrement présente en français, un JT avec de nouvelles rubriques, toujours tourné vers l'actualité internationale. Nouvelle venue sur ARTE, Leïla Kaddour-Boudadi alterne avec Marie Labory une semaine sur deux pour l’animer.

20:05
Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Ma rediffusion
Ma rediffusion

28 minutes

Un magazine quotidien consacré à un sujet d'actualité, une manière originale de relier le bruit du monde à la culture.

DÉTAILS

mardi, 24 janvier 2012 à 20:05

Rediffusions :
Pas de rediffusion
28 minutes
(France, 2012, 28mn)
ARTE F
Présentateur: Élisabeth Quin

16 / 9 HD natif

Élisabeth Quin et son invité passent au crible un thème d'actualité et le mettent en résonnance avec le monde de la culture et du savoir.

28 minutes, un magazine quotidien consacré à un sujet d'actualité, une manière originale de relier le bruit du monde à la culture au sens large. La rencontre entre l'actualité et le regard d'une personnalité venue du monde de la culture, enrichie de points de vue historique, scientifique, économique, humoristique, polémique...

20:35
Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Ma rediffusion
Ma rediffusion

Prêt à jeter

Un produit usé = un produit vendu ! Tourné aux quatre coins du monde, ce film enquête sur l'obsolescence programmée, concept vieux comme l'industrie mais toujours vivace. Une démonstration aussi implacable qu'éclairante.

DÉTAILS
Dossier
Fermer

Un film placé sous le signe de la prévention et de l’espoir, avec les témoignages de séropositifs, de militants associatifs et de professionnels de la santé.

accéder au dossier Vivre en positif

mardi, 24 janvier 2012 à 20:35

Rediffusions :
Pas de rediffusion
Prêt à jeter
(105mn)
ARTE F


Ce film enquête sur l'obsolescence programmée, concept vieux comme l'industrie mais toujours vivace.

Un produit usé = un produit vendu ! Tourné aux quatre coins du monde, ce film enquête sur l'obsolescence programmée, concept vieux comme l'industrie mais toujours vivace. Une démonstration aussi implacable qu'éclairante.

20:35
Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Ma rediffusion
Ma rediffusion

Prêt à jeter

Dans les pays occidentaux, on peste contre des produits bas de gamme qu'il faut remplacer sans arrêt.

DÉTAILS
Dossier
Fermer

Un film placé sous le signe de la prévention et de l’espoir, avec les témoignages de séropositifs, de militants associatifs et de professionnels de la santé.

accéder au dossier Vivre en positif

mardi, 24 janvier 2012 à 20:35

Rediffusions :
26.01.2012 à 14:40
28.01.2012 à 11:30
25.04.2013 à 13:50
26.04.2013 à 09:20
17.05.2013 à 09:15
Prêt à jeter
(France, 2010, 75mn)
ARTE F
Réalisateur: Cosima Dannoritzer

Malentendant Stéréo 16 / 9 HD natif

Un produit usé = un produit vendu ! Enquête sur l'obsolescence programmée, concept vieux comme l'industrie mais toujours vivace.

Dans les pays occidentaux, on peste contre des produits bas de gamme qu'il faut remplacer sans arrêt. Tandis qu'au Ghana, on s'exaspère de ces déchets informatiques qui arrivent par containers. Ce modèle de croissance aberrant qui pousse à produire et jeter toujours plus ne date pas d'hier. Dès les années 1920, un concept redoutable a été mis au point : l'obsolescence programmée. "Un produit qui ne s'use pas est une tragédie pour les affaires", lisait-on en 1928 dans une revue spécialisée. Peu à peu, on contraint les ingénieurs à créer des produits qui s'usent plus vite pour accroître la demande des consommateurs.

Croissance folle
"À l'époque, le développement durable n'était pas au centre des préoccupations", rappelle Warner Philips, arrière-petit-fils des fondateurs de la marque du même nom. Mais alors que les ressources de la planète s'épuisent, rien n'a changé. "La logique est croître pour croître", note Serge Latouche, professeur émérite d'économie à l'université de Paris 11. Tournée en France, en Allemagne, en Espagne, au Ghana et aux États-Unis, nourrie de nombreuses archives et interviews, avec, pour fil conducteur, le test d'une imprimante récalcitrante, cette démonstration minutieuse débusque les avatars de l'obsolescence programmée et leurs répercussions. Elle esquisse aussi d'autres modèles économiques : de la décroissance, prônée par Serge Latouche, à une industrie qui produirait et recyclerait à l'infini, à l'image de la nature. Une investigation passionnante, qui, passée l'exaspération, amorce la réflexion.

21:50
Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Ma rediffusion
Ma rediffusion

Débat

Prêt à jeter

DÉTAILS
Dossier
Fermer

Un film placé sous le signe de la prévention et de l’espoir, avec les témoignages de séropositifs, de militants associatifs et de professionnels de la santé.

accéder au dossier Vivre en positif

mardi, 24 janvier 2012 à 21:50

Rediffusions :
26.01.2012 à 15:55
28.01.2012 à 12:45
Débat

16 / 9

Prêt à jeter

22:10
Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Ma rediffusion
Ma rediffusion

Dessous Des Cartes

La mondialisation des maladies

DÉTAILS

mardi, 24 janvier 2012 à 22:10

Rediffusions :
28.01.2012 à 13:55
Dessous Des Cartes
(France, 2011, 12mn)
ARTE F
Réalisateur: Frédéric Ramade
Auteur: Jean Christophe Victor

Malentendant 16 / 9 HD natif

La mondialisation affecte également la santé.

La mondialisation affecte également la santé. Au début du XXIe siècle, de nouvelles problématiques sanitaires se répandent dans le monde, brouillant les frontières que l'on croyait nettes entre pays riches et pays en développement.



22:25
Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Ma rediffusion
Ma rediffusion

Adieu, camarades !

1. 1975 - 1979 Apogée

DÉTAILS

mardi, 24 janvier 2012 à 22:25

Rediffusions :
26.01.2012 à 10:35
19.02.2012 à 01:10
Adieu, camarades !
(Allemagne, France, 2011, 52mn)
ARTE F
Réalisateur: Andrei Nekrasov

16 / 9 HD natif

Comment, de 1975 à 1991, le communisme est passé de la toute-puissance apparente à l'effondrement. Avec des archives et des témoignages exceptionnels recueillis dans douze pays de l'ex-bloc de l'Est, vingt ans après la fin de l'URSS.

1. Apogée (1975-1979)
En 1975, à bord du vol spatial américano-soviétique Soyouz-Apollo, le cosmonaute Alexeï Leonov contemple la planète Terre à l’heure où le communisme a atteint son expansion maximale. Et pourtant, les mouvements des droits de l’homme – à l’instar de la Charte 77 – galvanisés par la conférence d’Helsinki, les problèmes économiques grandissants et l’influence de la culture pop ont entraîné les premières failles dans le système. En URSS, les hommes vieillissants du Politburo contrôlent toute la société à l’aide de la police, des services secrets et d’une forte répression politique. Mais seuls les dissidents, très minoritaires, affrontent directement cette impitoyable réalité. 

"Je quitte mes fonctions de président de l’URSS." Le 25 décembre 1991, dans une brève allocution télévisée, le secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev met fin officiellement à une histoire longue de soixante-quatorze ans. Vingt ans après, cette monumentale série documentaire, tournée dans douze pays d'Europe, tente de comprendre comment l'empire qui a dominé la moitié du monde en est venu à tomber sans presque combattre, dans une stupéfiante accélération de l'histoire. Ce faisant, elle redonne vie à ces milliers de "petits faits vrais" inconnus ou oubliés, comiques et tragiques, qui tissèrent la culture des pays communistes. Comme le réalisateur Andreï Nekrassov, la cinquantaine de témoins sollicités (certains proches du pouvoir à différents titres, les autres citoyens ordinaires) appartenaient à cette culture disparue, infiniment plus riche, complexe et contradictoire que sa caricature forgée par l'Occident victorieux. Mêlant leur parole à un passionnant travail sur les archives, avec un fil narratif semi fictif (un narrateur qui est un peu lui-même s'adressant à "Gagarina", sa fille, tous deux symbolisant le "conflit des mémoires") et des séquences d'animation très réussies, le réalisateur parvient à mêler la grande et la petite histoire avec une fluidité pleine d'émotion.

23:15
Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Ma rediffusion
Ma rediffusion

Adieu, camarades !

2. 1980 - 1984 Menaces

DÉTAILS

mardi, 24 janvier 2012 à 23:15

Rediffusions :
26.01.2012 à 11:25
19.02.2012 à 02:00
Adieu, camarades !
(Allemagne, France, 2011, 52mn)
ARTE F
Réalisateur: Andrei Nekrasov

16 / 9 HD natif

Comment, de 1975 à 1991, le communisme est passé de la toute-puissance apparente à l'effondrement. Avec des archives et des témoignages exceptionnels recueillis dans douze pays de l'ex-bloc de l'Est, vingt ans après la fin de l'URSS.

L’intervention soviétique en Afghanistan en décembre 1979, la montée de la contestation en Pologne, avec le mouvement Solidarnosc réprimé par la loi martiale du général Jaruzelski en décembre 1981, offrent au monde l’image d’un empire qui n'hésite pas à recourir à la force. Tandis que le nouveau pape Jean-Paul II se rend en Pologne pour encourager la résistance, les Jeux olympiques de Moscou, boycottés par une cinquantaine de nations, ne peuvent masquer les dissensions du bloc soviétique. Et les marges de liberté existent : un million de Russes accompagne le cercueil de Vladimir Vyssotski, acteur, poète et chanteur proscrit. Après lui, vont disparaître successivement, en cinq ans seulement, trois chefs du Parti, Brejnev, Andropov et Tchernenko.

"Je quitte mes fonctions de président de l’URSS." Le 25 décembre 1991, dans une brève allocution télévisée, le secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev met fin officiellement à une histoire longue de soixante-quatorze ans. Vingt ans après, cette monumentale série documentaire, tournée dans douze pays d'Europe, tente de comprendre comment l'empire qui a dominé la moitié du monde en est venu à tomber sans presque combattre, dans une stupéfiante accélération de l'histoire. Ce faisant, elle redonne vie à ces milliers de "petits faits vrais" inconnus ou oubliés, comiques et tragiques, qui tissèrent la culture des pays communistes. Comme le réalisateur Andreï Nekrassov, la cinquantaine de témoins sollicités (certains proches du pouvoir à différents titres, les autres citoyens ordinaires) appartenaient à cette culture disparue, infiniment plus riche, complexe et contradictoire que sa caricature forgée par l'Occident victorieux. Mêlant leur parole à un passionnant travail sur les archives, avec un fil narratif semi fictif (un narrateur qui est un peu lui-même s'adressant à "Gagarina", sa fille, tous deux symbolisant le "conflit des mémoires") et des séquences d'animation très réussies, le réalisateur parvient à mêler la grande et la petite histoire avec une fluidité pleine d'émotion.