Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> > PKK : 28 ans de conflit

ARTE Journal - 15/08/12

PKK : 28 ans de conflit

Le 15 août 1984, les rebelles kurdes s'en prenaient pour la première fois à l'armée et à la police turques. 28 ans après le début du conflit, les actions violentes du Parti des travailleurs du Kurdistan sont toujours d'actualité. Retour sur les plus importantes d'entre elles.

  • 27 novembre 1978 : Abdullah Öcallan fonde le Parti des travailleurs du Kurdistan, "Partiye Karkeran Kurdistan" (PKK). L'organisation d'inspiration marxiste-léniniste mène principalement des actions contre les autorités et les intérêts turcs.


  • 1980 : Après le coup d'état militaire en Turquie, de nombreux partisans du PKK sont emprisonnés et assassinés, d'autres s'exilent à l'étranger.


  • 15 août 1984 : Le PKK attaque des postes militaires turcs dans les villes d'Eruh et de Semdinli. Il s'agit de la première attaque du PKK.


  • 1987 : Le gouvernement turc déclare l'état d'urgence dans 11 provinces turques dans le sud-est de la Turquie. Des unités antiterroristes sont mises en place. Face à la répression, le PKK gagne en popularité auprès de la population.


  • Début des années 90 : le PKK se fixe comme objectif de former une État kurde autonome. Le Parti des travailleurs du Kurdistan finance sa lutte armée à l'aide du trafic de drogues et du racket.


  • 1991 : Les tensions montent d'un cran. L'armée turque pénètre l'Irak afin de neutraliser une base du PKK.


  • 1992 : le ministère turc de l'Intérieur estime le nombre de rebelles du PKK à 15.000.


  • 1993 : Le gouvernement turc refuse le cessez-le-feu proposé par le PPK. Des rebelles kurdes stoppent alors un bus où se trouvent des jeunes hommes qu'ils accusent de traitrise avant de les exécuter. De son côté, l'armée turque détruit une ville kurde.


  • 1995 : Ankara ne réagit pas à la deuxième proposition de cessez-le-feu. Le fondateur du PKK, Abdullah Öcallan, prend ses distances avec les actions violentes de son organisation et appelle ses sympathisants à l'arrêt des violences.


  • 1998 : Dans le cadre d'un troisième cessez-le-feu, le PKK déclare être prêt à participer à une solution pacifique et démocratique du conflit.


  • 15 février 1999 : Abdullah Öcalan est arrêté à Nairobi au Kenya. Il est ramené en Turquie où il est condamné à mort. Lors d'un autre jugement, il est finalement condamné à la prison à perpétuité.


  • 2000 : Le PKK décide de cesser les opérations militaires mais exige en échange la libération la libération d'Abdullah Öcalan.


  • 2007 : Les combats entre les autorités turques et le PKK s'intensifient.


  • 2008 : L'armée turque lance sa 25ème offensive depuis 1983. 10.000 soldats sont envoyés dans le nord de l'Irak. D'après les chiffres turcs, 237 membres du PKK et 24 soldats turcs y ont perdu la vie.


  • 2009 : L'AKP, le parti au pouvoir, entame un processus de paix avec les Kurdes du pays. Le projet de paix doit accorder plus de droits aux 15 millions de Kurdes que compte la Turquie.


  • 2011 : La violence refait surface. Le PKK attaque des convois et des postes militaires turcs. Parallèlement, l'aviation turque mène plusieurs attaques sur des bases du PKK dans le nord de l'Irak. D'après les estimations turques, il n'y aurait plus que 5.000 à 6.000 rebelles kurdes.


  • 2012 : La guerre civile en Syrie ravive le conflit. Fin juillet, l'armée turque entame une importante offensive contre le PKK. Au moins 115 rebelles ont été tués.

à lire aussi :

Edité le : 15-08-12
Dernière mise à jour le : 15-08-12