Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> > NME fête ses 60 ans

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

Special Grande-Bretagne - 14/06/12

NME fête ses 60 ans

Cette année, le doyen mondial des magazines musicaux fête ses 60 ans d’existence. Mais la retraite n’a pas encore sonné, pas davantage que pour Keith Richards, sauf que NME est mieux conservé !

Previous imageNext image
Londres en l’an de grâce 1952 … un mois jour pour jour après le couronnement de la reine d’Angleterre, un événement bien plus important – du moins pour la culture pop – investissait les rues de Soho. La scène musicale britannique découvrait le rock’n’roll et avait enfin un porte-parole, le New Musical Express, alias NME.
 
NME a été le tout premier journal à relayer une fois par semaine les derniers potins sur les groupes de musique, à présenter les charts, à vanter les meilleures cordes de guitare et les clubs les plus branchés. Ce concept entièrement nouveau pour un organe de presse a donné naissance, soit dit en passant, au journalisme musical actuel.
 
Après avoir pondu quelques articles sur des chanteurs de variété, NME commence à s’imposer dans l’Angleterre des années 1970. L’hebdomadaire musical est alors l’éminence grise qui décide « what’s hot » et « what’s not ». Ses journalistes, entre autres Nick Kent, Julie Burchill et Tony Parsons sont envoyés directement sur le front de la pop, devenant presque aussi célèbres que les artistes dont ils font la chronique.
 
Pat Long a lui aussi été pendant six ans rédacteur pour NME. Aujourd’hui, il sort un livre qui retrace la belle histoire de ce magazine.
 
Pat Long
« Pour toute une génération, moi y compris, NME a quasiment fait notre éducation culturelle. A l’époque, Internet n’existait pas encore. Les jeunes n’avaient nulle part ailleurs la possibilité de s’informer sur la musique, les films, les séries, l’art, la philosophie, voire même la politique. En Angleterre, on ne savait rien, on ne nous disait rien. Alors NME, c’était comme un grand frère, comme un journal du lycée qui aurait couvert l’ensemble du territoire. »
 
Au fil de son histoire mouvementée, ce canard s’est certes mis à dos Steven Patrick Morrissey du groupe The Smiths, il a déclenché les hostilités dans l’univers de la britpop entre Blur et Oasis, mais il a écrit des chroniques sur quasiment tous les Britanniques qui se baladaient avec une guitare.
 
Pour toute une génération, moi y compris, NME a quasiment fait notre éducation culturelle. A l’époque, Internet n’existait pas encore.

Aujourd’hui encore, les groupes se bousculent au portillon quand l’ancêtre des magazines musicaux les convoque pour une séance photo. Pourtant, NME ne prend pas toujours des gants, même pas avec ses chouchous.
 
Pat Long
« Avec NME, c’est un peu comme dans la Rome antique. Quand les vainqueurs d’une bataille défilaient dans les rues de la capitale pour se faire acclamer par la foule, il y avait toujours quelqu’un debout derrière eux dans le char pour leur souffler à l’oreille : ‘N’oublie pas que toi aussi, tu n’es qu’un être humain !’ Et c’est exactement ce que fait NME : faire redescendre sur terre ces stars de rock imbues d’elles-mêmes !’ »
 
Florence Welch en a d’ailleurs fait l’amère expérience.
 
Florence Welch, Florence + the Machine
« Je faisais tout le temps leur couverture. Ils m’encensaient complètement. Et puis il y a eu cette critique… mouais ... disons très moyenne de mon disque. On me traitait de pieuvre échevelée qui disjonctait sur scène. Ce qui est peut-être même un peu vrai. En tous cas, je n’ai pas lu l’article jusqu’au bout parce qu’il m’a vraiment énervée. Aujourd’hui, j’en ris. »
 
Cette façon d’encenser puis de descendre les artistes est typique de NME. Mais aujourd’hui, ces articles n’intéressent plus qu’un dixième du lectorat initial. Le tirage de l’édition papier est en recul depuis plusieurs années. En revanche, NME fait référence dans le monde de la culture pop, surtout grâce à son site Internet . Avec ses 7 millions d’internautes par mois, c’est le plus grand site musical au monde. La seule chose qui compte désormais, c’est de diffuser rapidement au plus grand nombre les dernières nouvelles de la planète musique, cancans en prime. Et ça, c’est quelque chose qui ne passera jamais de mode !
 
Pat Long
« En faisant des recherches pour mon livre, je suis tombé sur le courrier d’un lecteur : ‘Honorable rédaction, je vous écris pour me plaindre. NME, c’était beaucoup mieux avant.’ Cette lettre date de 1953 ! Soit un an après la sortie du premier numéro ! C’est bien la preuve qu’il est facile d’affirmer que l’âge d’or de NME est passé. A mon avis, on pense que ce magazine est tout simplement le meilleur quand on a 17 ans et qu’on tombe dessus pour la première fois! »
 

Livre

Pat Long: The History of the NME: High Times and Low Lives at the World’s Most Famous Music Magazine, février 2012, Anova Books.

Liens

Tracks
mercredi, 27 juin 2012 à 04:00
Pas de rediffusion
(Allemagne, 2012, 52mn)
WDR

Edité le : 12-06-12
Dernière mise à jour le : 14-06-12