Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Cinéma sur ARTE > Cinéma sur Arte > Lost in translation

Cinéma sur ARTE - 22/12/11

Lost in translation

Film de Sofia Coppola (États-Unis/Japon, 2003, 1h42mn)
Avec : Bill Murray (Bob Harris), Scarlett Johansson (Charlotte), Akimitsu Naruyama (Akiko Takeshita)
Scénario : Sofia Coppola, Image : Lance Acord, Musique : Brian Reitzell, Kevin Shields, Production : American Zoetrope, Elemental Films, Tohokashinsha Film Company

Dans un palace tokyoïte, Bill Murray et Scarlett Johansson unissent leurs décalages pour un pas de deux drolatique, émouvant et subtil. Un succès critique et public mondial, qui fit de Sofia Coppola et de ses acteurs un trio de stars.


Bob Harris, célèbre acteur américain sur le déclin, tourne à Tokyo le spot publicitaire d'un whisky japonais. Logé dans un palace de la ville, en proie au décalage horaire, il se sent radicalement étranger aux choses et aux gens qui l'entourent. Au bar de l'hôtel, il rencontre une jeune compatriote, livrée elle aussi à la solitude et à l'insomnie. Charlotte, fraîche émoulue de l'université, vient d'épouser un photographe de stars, qui ne cesse de courir d'un rendez-vous à un autre. Entre le blasé vieillissant et la femme-enfant délaissée se noue une étrange relation...

"Lost in translation" se dit d'une notion intraduisible, qui se "perd" dans le passage d'une langue à l'autre. Mais peut-être faut-il entendre ici l'expression littérale ("perdu(s) dans la traduction") ? Parce qu'ils sont égarés dans un espace entre deux mondes (idéalement figuré par le cocon irréel d'un grand hôtel international), ces êtres en apesanteur se rencontrent et se touchent. Sur un canevas léger, Sofia Coppola, épaulée par des comédiens en état de grâce, compose un petit bijou de cinéma, avec en toile de fond futuriste les lumières de Tokyo. Dialogues ciselés, montage inspiré, acuité du regard : son second long métrage après Virgin suicides transpose avec subtilité dans le monde d'aujourd'hui l'élégance des sentiments et la drôlerie des grands classiques de la comédie américaine. Aux côtés de Bill Murray, qui parvient d'un seul hilarant haussement de sourcil à exprimer la quintessence du dépaysement, de l'absurde ou de l'attendrissement, la presque débutante Scarlett Johansson ne se laisse pas intimider. Sa manière de suggérer la vulnérabilité, derrière son charme boudeur et son humour à froid, relève du grand art.

Lost in translation
mercredi, 28 décembre 2011 à 14:45
Pas de rediffusion
(Etats-Unis, Japon, 2003, 95mn, VM)
ARTE / ERT

Edité le : 22-12-11
Dernière mise à jour le : 22-12-11