Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> > Libye : fragile transition démocratique

ARTE Journal - 09/07/12

Libye : fragile transition démocratique

Pour la première fois, après plus de 40 ans de dictature Kadhafi, les Libyens se rendent aux urnes samedi 7 juillet. Contrairement à leurs voisins égyptiens ou tunisiens, les électeurs ne vont pas se rassembler autour de leaders. Dans la Libye, plus hétéroclite et clanique, 1.800 petits partis et près de 4.000 candidats indépendants se disputent les 200 sièges de l’Assemblée législative.

Les vainqueurs du scrutin auront pour mission de choisir un nouveau gouvernement pour succéder au CNT, le Conseil national de transition. Dans leurs programmes, tous promettent de reconstruire le pays dans la justice et l’égalité.

Un scrutin sans visibilité
Difficile aujourd’hui de faire des pronostics d’autant qu’il n’y a pas de sondage, ni de traditions démocratiques. Une tendance se dessine toutefois avec les partis islamistes qui ont le vent en poupe. Mais ils n’arrivent pas à s’accorder quant à la place à accorder à la charia, la fameuse loi islamique, dans la future Constitution. A priori, aucun parti ne devrait donc parvenir à une majorité et des alliances seront nécessaires pour conquérir le poste de Premier ministre.

La Libye en chiffres (photos AFP)



Appel au boycott
Dans l’Est de la Libye, le climat est particulièrement tendu et la sécurité du scrutin est remise en question. Dimanche dernier, à Benghazi, berceau de la révolte libyenne, les locaux de la commission électorale de la région ont été saccagés. Les partisans du fédéralisme ont réclamé plus de sièges dans la future Assemblée que ce que prévoit le mode de répartition à la proportionnelle (100 sièges à l’Ouest, 60 à l’Est et 40 au Sud).

Une série d'attentats islamistes
Aujourd'hui (6 juillet) des ports pétroliers ont été contraints par des partisans du fédéralisme de stopper leur production. Les hommes armés ont appelé au boycott du scrutin. Depuis début juin, plusieurs attentats dans la région de Benghazi contre des intérêts occidentaux ont par ailleurs été revendiqués par des groupuscules islamistes. La représentation américaine et un convoi de l’ambassadeur britannique ont notamment été attaqués.

De nombreux défis à relever
Autres sources d’inquiétudes : la présence de milices armées toujours très nombreuses dans tout le pays. Désarmer ces milices, prévenir les conflits claniques, assurer une répartition équilibrée de la manne pétrolière seront autant de défis que devra relever le futur gouvernement.

Marina Mekaoui pour ARTE Journal
Sources: RFI, Le Figaro, le JDD

A lire aussi




Dans nos archives



Edité le : 06-07-12
Dernière mise à jour le : 09-07-12