Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Cinéma sur ARTE > Cinéma sur Arte > Les Nibelungen (1 et 2/2)

Cinéma sur ARTE - 26/09/11

Les Nibelungen (1 et 2/2)

(Die Nibelungen)
Film de Fritz Lang (Allemagne, 1924/2010, 2h24mn et 2h06mn, muet, viragé)
Avec : Paul Richter (Siegfried), Margarete Schön (Kriemhild), Hanna Ralph (Brunehilde), Theodor Loos (le roi Gunther), Hans Adalbert Schlettow (Hagen Tronje), Bernhard Goetzke (Volker von Alzey), Frida Richard (Runenmagd), Rudolf Klein-Rogge (le roi Etzel), Hans Carl Müller (Gerenot), Erwin Biswanger (Giselher)
Scénario : Thea von Harbou, Image : Carl Hoffmann, Günther Rittau, Effets spéciaux : Walther Ruttmann, Décors : Otto Hunte, Montage : Paul Falkenberg, Musique : Gottfried Huppertz, interprétée par l’Orchestre symphonique du Hessischer Rundfunk (direction : Frank Strobel), Production : Decla-Bioscop AG, UFA, Restauration (2010) : Friedrich-Wilhelm-Murnau-Stiftung, en collaboration avec le
Hessischer Rundfunk et ARTE/ZDF

Un budget colossal, des techniques de trucage inédites, des jeux de lumière saisissants : la première superproduction de Fritz Lang avant Metropolis, dans une version restaurée en HD. Un chef-d’œuvre.


1. La mort de Siegfried
Siegfried quitte son pays pour la cour des Burgondes, à Worms. En chemin, il tue un dragon puis se baigne dans son sang, censé le rendre immortel. Mais une feuille collée à son épaule l’empêche de devenir totalement invulnérable. À Worms, Siegfried demande la main de Kriemhild, la sœur du roi. Pour cela, il doit ramener d’Islande la farouche Brunehilde, convoitée par le roi Gunther...

2. La vengeance de Kriemhild
Après la mort de Siegfried son époux, Kriemhild, mue par le désir de vengeance, quitte Worms et épouse Etzel, le roi des Huns. À l’occasion de la fête du soleil, elle fait inviter Gunther et Hagen. Au cours du banquet, les Huns massacrent leurs hôtes burgondes...

Fritz Lang et son épouse Thea von Harbou conçoivent Les Nibelungen entre 1922 et 1924. Côté scénario, ils s'inspirent de la tétralogie de Wagner (L'anneau du Nibelung), mais puisent surtout dans les légendes germaniques et scandinaves. Ainsi, le film diffère singulièrement des opéras, la mort de Siegfried se prolongeant par la vengeance de Kriemhild - absente du récit wagnérien. La stylisation de la mise en scène, des décors, des costumes, la direction d'acteurs, mais aussi la musique de Gottfried Huppertz témoignent de cette approche. À l'époque, six mois sont nécessaires pour préparer les décors et les costumes, installer dans les studios de Babelsberg une forêt artificielle avec des arbres de neuf mètres de haut et construire un dragon de vingt-et-un mètres de long dont les mouvements paraissaient naturels... Lors de sa sortie, le premier volet du diptyque reste pendant des semaines à l'affiche des plus grandes salles européennes, les critiques sont dithyrambiques.
Il a fallu plus de quatre ans aux équipes de la Fondation Murnau pour mener à bien la restauration des Nibelungen. Après des années de recherche, dix-huit copies d'époque ont été retrouvées puis comparées et étudiées image par image. On avait l'habitude de voir le film en noir-et-blanc ; aujourd'hui, il se présente sous forme de copies 35mm colorisées selon une technique datant de l'époque du muet (immersion dans un bain de couleur). Cette nouvelle restauration permet de retrouver la qualité photographique de ce chef-d'oeuvre du "clair-obscur" dû au talent du directeur de la photo Carl Hoffmann, et donne une idée de la puissance esthétique et visuelle du film qui a emballé la critique.

Les Nibelungen (1/2)
lundi, 3 octobre 2011 à 20:40
Pas de rediffusion
(Allemagne, 1922, 144mn)
ZDF

Edité le : 26-09-11
Dernière mise à jour le : 26-09-11