Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Cinéma sur ARTE > Cinéma sur Arte > Le droit du plus fort

Cinéma sur ARTE - 08/06/12

Le droit du plus fort

(Faustrecht der Freiheit)
Film de Rainer Werner Fassbinder (Allemagne, 1974, 1h58mn)
Scénario : Rainer Werner Fassbinder, Christian Hohoff
Avec : Rainer Werner Fassbinder (Franz “Fox” Biberkopf), Karlheinz Böhm (Max), Peter Chatel (Eugen), Rudolf Lenz (l’avocat), Karl Scheydt (Klaus), Hans Zander (Springer, barman)
Image : Michael Ballhaus, Musique : Peer Raben, Production : Tango-Film, City Film, Rainer Werner Fassbinder Foundation

Vivant en couple avec un jeune bourgeois, un prolétaire s'éloigne de son milieu d'origine mais est rejeté par la classe possédante. La relation amoureuse dans ce qu'elle a d'intolérable aux yeux de Fassbinder.


Franz Biberkopf - comme le héros d'Alexanderplatz d'Alfred Döblin que le cinéaste adaptera plus tard pour la télévision - surnommé Fox, est un jeune forain au chômage. Il achète un billet de loto et gagne 500 000 deutschmarks. Il fait à cette occasion la connaissance de Max, un riche antiquaire homosexuel qui prétend favoriser sa promotion sociale. Il le met en contact avec des représentants de la haute société, dont Eugen, un fils d'industriel. Franz tombe amoureux de lui et le couple se met en ménage. Eugen se fait entretenir par son amant prolétaire et lui apprend les règles du savoir-vivre bourgeois, tout en se moquant de lui en permanence. Il lui demande même de renflouer l'entreprise paternelle. Franz obtempère mais se sent de plus en plus isolé : il s'éloigne de son milieu d'origine et est simultanément rejeté par la classe possédante. Lorsqu'il réalise que ses "nouveaux amis" n'en veulent qu'à son argent et le méprisent, il est déjà trop tard.

L'approche quasi naturaliste que Fassbinder fait ici de l'univers gay a déplu à certains homosexuels. Or le cinéaste veut dénoncer les mêmes situations intolérables que dans d'autres de ses films : appropriation violente de l'autre dans la relation amoureuse - qu'elle soit homo ou hétéro -, rapports de pouvoir passant par l'aliénation et l'humiliation, primat du paraître sur l'être, exploitation économique et émotionnelle, perte des repères d'identification, structures hiérarchiques inamovibles, règne de l'argent, antagonisme irréductible des classes, prostitution, etc. Le droit du plus fort est sans doute le film de Fassbinder qui fait le plus directement référence à son idole Douglas Sirk. On pense au Mirage de la vie où l'amour ne réussit pas à être la passerelle qui permettra d'échapper à sa classe d'origine. Que Fassbinder situe son mélodrame dans le milieu gay et fasse ainsi voler en éclats la façade sirupeuse des oeuvres de Sirk, ne change pas grand-chose à l'approche de la problématique. Le rapport gêné que la bourgeoisie entretient avec l'homosexualité n'est qu'un élément de plus du troc : amour moyennant argent moyennant reconnaissance sociale. "L'homosexualité est présentée ici comme quelque chose de tout à fait normal, expliquait Fassbinder. Le problème réside ailleurs, à savoir dans une histoire d'amour où l'un exploite l'amour de l'autre. Et c'est en fait toujours la même histoire que je raconte."

Le droit du plus fort
mardi, 3 juillet 2012 à 01:00
Pas de rediffusion
(Allemagne, 1974, 118mn)
ZDF

Edité le : 08-06-12
Dernière mise à jour le : 08-06-12