Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> > Bound Dance

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

Claustro dance - 28/03/12

Le corps en liberté surveillée

Un reportage de Carine Roy

Ami claustrophobe, inspire un dernier coup. On est à bout de souffle avec les performeurs de la bound dance.

Previous imageNext image

Le duo latex


Pour libérer leur art, les danseurs Cecilia Bengolea et François Chaignaud s’imposent des contraintes extrêmes.

Sur scène, ces deux chorégraphes se sont emballés sous vide comme de vulgaires tranches de steak !

Les sacs qu’on utilise, c’est ceux qu’utilisent les fétichistes de Berlin. Donc, ils ne sont pas spécialement créés pour la danse ou pour la chorégraphie. Ils font deux mètres sur un mètre, c’est la taille standard pour mettre quelqu’un sous vide. François Chaignaud

Aveuglés par le caoutchouc, respirant grâce à une pipette, les artistes explorent un nouveau langage chorégraphique.

Ce duo s'est rencontré il y a 7 ans. François a suivi le cursus du danseur classique au Conservatoire de Paris et Cecilia a été étudiante en philosophie et en histoire de l’art en Argentine avant de débarquer à Paris et de s’essayer à la boxe et au gogo dancing.

Leur ballet évoque les sylphides, ces êtres immatériels, symboles de beauté dans la mythologie celtique. Mais il s’inspire aussi du body art.

Lors de leur première création en 2006, c'était l’acte de la pénétration qui imposait une chorégraphie particulière.

Sans complexe ni tabou, avec "Pâquerette", le duo introduisait le sexe dans la danse et déclenchait le scandale.





La création "Hermself", par la Compagnie Clair Obscur


Coincés dans un tunnel, prisonniers comme des insectes pris au piège, les danseurs d'"Hermself" combinent arts numériques et contraintes plastiques.

Des images vidéos projetées sur les murs de cet espace dont s'échappe le danseur reconstituent en trois tableaux les phases du "livre des morts" tibétain.





Pour la création d'"Hermself", la Compagnie Clair Obscur a reçu le Grand Prix de "Danse et nouvelles technologies" au dernier festival Bains numériques d’Enghien.

Créé en 2007, ce collectif regroupe des comédiens, des danseurs, des vidéastes ou des musiciens. Avant d’être danseur, Sébastien Laurent se rêvait gymnaste.

Pour bousculer la danse, l'Allemand installé en France Jörg Müller, lui, fait ses expériences dans un tube à essai géant : un espace de performance de 88 centimètres de diamètre !





Le théâtre-aquarium de Jörg Muller


Depuis 19 ans, Jörg Muller invite d’autres artistes à plonger dans son théâtre-aquarium contenant 1800 litres d'eau.

Dans le projet "Noustube", chaque artiste a carte blanche pour expérimenter la contrainte de l’immersion sous-marine.

L’idée de suspendre les danseurs dans ce tube d’eau est venue à Jörg de sa collaboration avec la chorégraphe Kitsou Dubois, qui a travaillé sur la danse en apesanteur avec les équipes de la NASA.

Mais son obsession pour les tubes ne s'arrête pas là. L’année dernière aux Bouffes du Nord de Paris, cet Allemand de 42 ans a aussi jonglé avec ses cylindres lors d’un "Concert pour tubes et saxophone", en compagnie du musicien free jazz hongrois Akosh.

"J’ai fait l’école du cirque de Châlons-en-Champagne, Centre National des Arts du Cirque. Il y a des gens qui font de la bascule, de la barre russe et il y a des tubes en fibre de verre dans les bascules et il y avait des chutes qu’on a récupérées et on a commencé à jongler avec, et ça a fait du son, après j’ai accroché des tubes en alu, ça a fait du son aussi et le dernier tube, il n'y a plus de son du tout." Jörg Müller






Caméraman : Marjory Dejardin
Ingénieur du son : Sébastien Lamy

Tracks
vendredi, 6 avril 2012 à 02:40
Pas de rediffusion
(France, 2012, 52mn)
ARTE F

Edité le : 28-03-12
Dernière mise à jour le : 28-03-12