Taille du texte: + -
Accueil > Monde > Haro sur l'Euro ! > Le blog de Jean Quatremer > La spéculation a enfin un nom à défaut d'un visage

Haro sur l'Euro !

La monnaie européenne, rattrapée par la tourmente des subprimes, vient de frôler la catastrophe.

Haro sur l'Euro !

07/12/10

La spéculation a enfin un nom à défaut d'un visage

Le 6 février, sur mon blog "Coulisses de Bruxelles", je vous annonçais que la Grèce était victime d’attaques spéculatives de la part d’une grande banque d’affaires américaine et de « hedge funds » (fonds spéculatifs) américains. Quelques jours après cet article, les rumeurs de marchés citent enfin le nom des principaux spéculateurs dont je n'avais pas donné les noms. Le 17 février, je peux enfin sortir du bois sans trop de crainte.

Jean Quatremer, Libération

Le 6 février, sur mon blog "Coulisses de Bruxelles", je vous annonçais que la Grèce était victime d’attaques spéculatives de la part d’une grande banque d’affaires américaine et de « hedge funds » (fonds spéculatifs) américains qui pariaient sur un défaut de paiement d’Athènes. Jusque-là, on savait certes qu’il y avait de la spéculation, mais personne n’avait encore réussi à mettre un nom sur ceux qui cherchaient à déstabiliser la Grèce et la zone euro. À l’époque, mes informateurs m’avaient déconseillé de citer des noms, d’où un article assez frustrant, pour vous et pour moi. Mais depuis, les rumeurs de marché se sont faites de plus en plus précises et leurs noms sont cités ouvertement dans les médias, même si c’est, à juste raison, très prudemment. Le gouvernement grec lui-même les met désormais ouvertement en cause. Je peux donc vous confirmer que, selon des sources concordantes, Goldman Sachs et le fonds spéculatif dirigé par John Paulson seraient les deux principaux acteurs des attaques contre la Grèce et l’euro.

Le plus choquant, dans cette affaire, est sans aucun doute le rôle joué par Goldman Sachs qui, à la fois, conseille le gouvernement grec, et prend, en secret, des positions contre la Grèce et l’euro. Ce rôle trouble est illustré par la récente affaire rappelée par le Spiegel du 8 février et le New York Times du 14 février (1) :en 2002, la banque d’affaire américaine a aidé la Grèce, contre une rémunération de 300 millions de dollars, dans des opérations de « comptabilité créative » destinées à camoufler une partie de sa dette (j’y reviendrai dans un prochain article). Il n’est pas neutre de savoir qu’à cette époque, le vice-président Europe de Goldman n’était autre que Mario Draghi, devenu depuis gouverneur de la banque centrale d’Italie et qui vient de voir le poste de président de la Banque centrale européenne lui passer sous le nez. Ce rôle particulier de Goldman Sachs est illustré par le fait que la banque a toujours été membre des syndications en Grèce (tout comme au Portugal): il s’agit d’un consortium de banques chargé par un gouvernement de placer sa dette auprès d’investisseur lorsqu’il n’est pas sûr de pouvoir la placer directement sur le marché par appel d’offres.

Vous vous rappelez d’ailleurs que le 25 janvier, la Grèce a réussi à placer du papier à 5 ans pour un montant de 8 milliards d’euros alors qu’elle ne voulait au départ que 3 milliards : la demande a atteint 25 milliards d’euros ! Dans la syndication qui a placé le papier grec, on trouve bien sûr Goldman Sachs. Jusque-là, rien que de très habituels. C’est ensuite qu’un fait curieux survient.
Après ce spectaculaire succès, tout le monde pense que les marchés sont calmés, puisqu’ils viennent de manifester qu’ils ne croyaient pas à un défaut de la Grèce. Et de fait, c’est l’accalmie. Mais, dès le mercredi, c’est de nouveau la tempête. Un article du Financial Times, le seul journal que lisent les opérateurs de marché, vient en effet d’affirmer que la Chine a refusé d'acheter 25 milliards d'euros d'emprunt grec, un « placement privé » porté par… Goldman Sachs. De quoi s’agit-il ? Lorsqu’un gouvernement craint de ne pouvoir placer sa dette, il demande directement à une banque de le faire pour son compte auprès d’un ou plusieurs investisseurs. C’est un signe de panique. Et le fait que Pékin aurait décliné l’offre est carrément inquiétant. Bref, deux raisons pour les marchés de fuir la Grèce. Ce sera démenti, mais les marchés exigeront quand même d'Athènes une prime de risque encore plus élevée, pour leur plus grand bénéfice. Ceux qui ont organisé la fuite gagnent sur tous les tableaux : leurs prêts leur rapportent plus ainsi que leurs CDS, ces assurances censées prémunir contre un défaut de l’État emprunteur (voir mon post du 6 février).
Le problème est que cette fuite est étonnante, ce type d’opération étant censé demeurer totalement secret. Or, depuis, le Financial Times a révélé qu’en fait c’était le numéro deux de Goldman Sachs, Gary Cohn, qui s’était rendu en novembre et en janvier à Athènes pour tenter de convaincre le gouvernement grec d’avoir recours à ses services pour placer 25 milliards d’euros de dette auprès de la Chine. En vain. Et par un fait exprès, l’information a ensuite été diffusée, mettant quasiment la Grèce à genoux et faisant chuter l’euro.
Selon les Échos d’aujourd’hui, Simon Johnson, l’ancien « chief economist » du FMI, souhaite que la Commission européenne enquête sur les agissements de Goldman Sachs. Cela semble effectivement s’imposer.


Jean Quatremer
Libération

Edité le : 05-11-10
Dernière mise à jour le : 07-12-10