Taille du texte: + -
Accueil > Monde > Etats-Unis: Elections 2008

Etats-Unis: élections 2008

Programmation spéciale. Découvrez une vision décalée de New York, avec les chroniques ! Et, connaissez-vous vraiment le système électoral des Etats-Unis ? - Testez vos connaissances !

> "I have a dream" > "I have a dream"

Etats-Unis: élections 2008

Programmation spéciale. Découvrez une vision décalée de New York, avec les chroniques ! Et, connaissez-vous vraiment le système électoral des Etats-Unis ? - (...)

Etats-Unis: élections 2008

Opinions - 02/10/08

"I have a dream"

Cinq Afro-Américains de Washington D.C. et leurs rêves


Les Noirs américains se sont battus pendant des décennies pour des droits égaux. En 1964, la loi sur les droits civiques interdit enfin toute discrimination. Mais comment se présente aujourd’hui la situation aux Etats-Unis ? Notre correspondante Hannelore Kress a demandé de quoi sont faits leurs rêves à cinq Noirs américains de Washington D.C.

a écouter également

Previous imageNext image
Martin Luther King avait un rêve, l’égalité des droits entre Blancs et Noirs américains. Ce rêve s’est largement concrétisé : en 1964, la loi sur les droits civiques (Civil Rights Act) interdit toute forme de ségrégation et de discrimination raciale dans les lieux publics. Et en 1965, la loi pour le droit de vote (Voting Rights Act) supprime les examens et autres taxes exigés pour devenir électeur aux États-Unis, ce qui permet à des Cent
Soixante ans après l’abolition de l’esclavage par la France, et alors que l’Amérique se demande si son prochain président sera noir, ARTE retrace le combat des Afro-Américains pour l’émancipation, et au passage, tend un miroir au passé esclavagiste et colonial de la France.
Dossier Freedom
millions d'Afro-Américains de faire entendre leur voix sur la scène politique. Pourtant, si les masses ne s’étaient pas mobilisées et si leurs protestations n’avaient pas été médiatisées, elles auraient dû attendre longtemps la promulgation de ces lois. Avant son assassinat le 4 avril 1968, Martin Luther King eut un rêve encore plus grand : pour qu’il devienne réalité, il revendiquait l’égalité des chances, critiquait les inégalités et les injustices sociales d’une société capitaliste divisée en deux classes, et il s’engageait en faveur d’un « socialisme démocratique ». Il lança la Campagne des pauvres (Poor People’s campaign) visant à obtenir un salaire minimum et des logements plus décents.



Jannette Dates, Ph. D., doyenne de la John H. Johnson School of Communications de la prestigieuse Université Howard à Washington DC, est une éminente spécialiste des médias. Co-auteur du bestseller « Split Image : African Americans in the Mass Media », elle croit fermement que la génération montante des étudiants noirs-américains saura briser les stéréotypes et réaliser ses propres rêves.
« Je n’avais jamais rêvé d’être là où je suis aujourd’hui »
Ecoutez l'entretien (3'53'', en anglais)



À 17 ans, Tabitha Woods termine ses études secondaires et se prépare à entrer à l’Université Columbia de New York dans les filières journalisme et sciences économiques. Elle partage son temps entre les collectes de fonds, la rédaction d’articles pour le journal de son école et le volley.
« Je trouve le rêve de Martin Luther King incroyablement beau parce qu’il est en train de devenir réalité »
Ecoutez l'entretien (3'51'', en anglais)



Kenneth Barnes Jr. est mort en 2001. Abattu par un jeune de 17 ans. Les deux garçons ne se connaissaient pas. Kenneth était juste au mauvais endroit au mauvais moment. Une boutique à Washington DC. Son père, Kenneth Barnes Senior, a ratissé le quartier et pu collecter assez d’indices pour que le coupable soit appréhendé. En mémoire de son fils et au nom de la lutte contre la violence armée aux États-Unis, cet homme charismatique a fondé une association baptisée Roots Inc. Sans cesse rattrapé par la dure réalité, il n'a pas vraiment le temps de rêver.
« Je rêve de lancer une vaste campagne contre la violence armée »
Ecoutez l'entretien (3'23'', en anglais)



Head-Roc, également connu sous le nom de « The Mayor of D.C. Hip Hop », diffuse son message politique par le truchement de beats entraînants et de samples basiques. Aux États-Unis, il a conquis un large public en marge du mainstream. Cet homme d'une bonne trentaine d'années emporte partout son bureau : grâce à son ordinateur portable, il organise des battles, des séminaires universitaires sur le hip-hop et vit son rêve américain.
« Mon rêve, je le vis »
Ecoutez l'entretien (4'48'', en anglais)



Le sud-est de Washington DC est dangereux. Tous les jours, de jeunes Afro-américains sont abattus par balles. L'organisation «Peaceoholics » est parvenue à ramener un peu de paix dans le quotidien violent des jeunes du quartier. Depuis 2004, Ronald L. Molten et ses amis organisent des réunions d'information sur le sida et les drogues, sur les possibilités de formations continues, et développent des programmes sociaux ; depuis peu, ils proposent même des ateliers sur l'énergie solaire et visitent les écoles et les prisons. Celui qui inspire et motive Ronald Molten à se mobiliser pour sa communauté, c'est Malcom X, son lointain parent et le compagnon de route de Martin Luther King Jr.
« Mon rêve, c'est de vivre vraiment le rêve américain – avec des gens de toutes les couleurs »
Ecoutez l'entretien (4'11'', en anglais)

Edité le : 09-09-08
Dernière mise à jour le : 02-10-08