Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> > Haïti : Baby-Doc rentre au pays

ARTE Journal - 19 janvier 2011 - 19/01/11

Haïti : Bébé Doc inculpé par la justice

Haïti : compte à rebours pour Duvalier
Jean-Claude Duvalier a été arrêté hier soir dans le luxueux hôtel Karibe où il résidait avec son épouse. Il était revenu, dimanche, dans son île natale. Un retour surprise motivé, selon lui, par un désir de "solidarité" avec son peuple suite au terrible séisme de janvier dernier... Escorté par la police, il n'en a pas moins salué ses partisans réunis devant l'hôtel avec un large sourire. L'ex-dictateur, dit "Bébé Doc" a été inculpé pour vol, corruption et détournements de fonds publics par le procureur général d'Haïti, mais il est reparti libre du tribunal. Ce qui relance le débat sur son impunité, alors que les charges réunies par les organisations de défense des droits de l'homme à son encontre sont lourdes et nombreuses. 4 plaintes pour crimes contre l'humanité ont déjà été déposées contre Jean-Claude Duvalier, 3 autres sont en cours.

Previous imageNext image
Pillage des fonds publics haïtiens
La solidarité n'est pas ce qui distingue Jean-Claude Duvalier : alors qu'il était au pouvoir, entre 1971 et 1986, il aurait détourné 100 millions de dollars des fonds publics haïtiens, sous couvert d'œuvres sociales, avant de les transférer sur des comptes à l'étranger, aux États-Unis et en Suisse. Dans ce dernier pays, la famille Duvalier avait notamment déposé plus de 7 millions de dollars (5 millions d'Euros) sur un compte à l’Union des Banques Suisses (UBS) à Genève. La somme est confisquée en 2002 par la justice helvète. La Suisse a déclaré qu'elle rendrait ces millions à Haïti dans le cadre de l'effort de reconstruction. Mais il faudra attendre février prochain et l'entrée en vigueur de la loi fédérale sur la restitution des valeurs patrimoniales d'origine illicite.

Torture et exécutions sommaires
Jean-Claude Duvalier devrait bientôt faire l'objet d'autres poursuites judiciaires pour les nombreuses exactions commises sous son régime entre 1971 et 1986, par les sinistres milices de la police secrète haïtienne. Surnommées "les Tontons macoutes", elles sont responsables de la mort de milliers d'opposants et de très nombreux cas de torture. Jean-Claude Duvalier était arrivé au pouvoir à la mort de son père, François Duvalier alias "Papa Doc" en 1971. A 19 ans,"Bébé Doc" devient l'un des plus jeunes chefs d'état au monde. Le début de son règne est marqué par une politique d'apaisement, Haïti renoue ses relations diplomatiques avec les États-Unis et la République Dominicaine. Changement de méthode à la fin des années 70, les "Tontons Macoutes", déjà actifs sous son père, sèment la terreur d'un bout à l'autre de Haïti. La presse est muselée, les opposants arrêtés, torturés, exécutés. Le clan Duvalier puise allègrement dans les fonds publics, le pays s'enfonce dans une profonde crise sociale. En 1984, les premières émeutes de la faim éclatent Cynique, Duvalier organise des distributions de billets depuis sa rutilante limousine. La révolte gagne du terrain et en 1986, "Bébé Doc" est destitué par les Américains. Il prend la fuite avec ses sbires et ses millions et cherche un pays d'exil. Les États-Unis refusent comme la Grèce, l'Espagne et plusieurs pays africains. La France accepte de l'accueillir de manière temporaire. Il y restera jusqu'au 16 janvier dernier, sans statut de réfugié mais sans être inquiété...
 
La fin de l'impunité ?
4 plaintes pour "crimes contre l'humanité" ont déjà été enregistrées contre "Bébé Doc". 3 autres personnes ont porté plainte, ce mercredi, devant le commissaire du gouvernement haïtien, selon Michèle Montas, journaliste haïtienne et ancienne porte-parole du Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Les dossiers vont désormais être transmis à un juge d'instruction. Parmi les nouveaux plaignants, une femme médecin, collaboratrice des Nations-Unies et deux anciens prisonniers politiques incarcérés pendant 10 ans pendant la dictature. D'autres personnes devraient suivre leur exemple dans les prochains jours.

Un processus judiciaire complexe
Le retour de Jean Claude Duvalier a fait ressurgir « toutes les questions le concernant ainsi que l'impunité et la responsabilité autour de lui », a expliqué Rupert Colville, porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme. Mais "il n'est pas encore clair si Haïti est en position d'arrêter ou de poursuivre Jean-Claude Duvalier pour quoi que ce soit à l'heure actuelle », a précisé Rupert Colville soulignant qu'il n'était pas encore déterminé, s'il existait ou non, des mandats d'arrestation en cours en Haïti contre lui.
Lundi, Amnesty International a appelé les autorités haïtiennes à traduire en justice l'ex-dictateur.«Les violations des droits de l’homme, généralisées et systématiques, commises à Haïti durant le règne de Duvalier représentent des crimes contre l’humanité. Haïti a l’obligation de le poursuivre, ainsi que tous les responsables de ce genre de crimes », a déclaré le conseiller spécial de l’organisation de défense des droits de l'Homme, Javier Zuñiga.

En attendant, l'ex-dictateur est libre, et il possède toujours son billet de retour pour la France, à la date du 20 février. Son retour en Haïti contribue à tendre encore plus une situation politique extrêmement délicate alors que le deuxième tout de la présidentielle vient d'être reporté.

(CS avec AFP, Libération, l'Express)



ARTE Journal 18 janvier 2011


Baby Doc a été interpellé : c'est sous escorte policière que l'ancien dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier a quitté l'hôtel Karibe à Port-au-Prince ce mardi. Il y était descendu avec son épouse, dimanche lors de son retour surprise en Haïti. Un juge et le procureur général d'Haïti accompagnaient également les policiers.

L'ex-dictateur pourrait être pousruvi par la justice haïtienne
Depuis 1986, Jean-Claude Duvalier vivait en exil en France. Plusieurs plaintes pour détournement de fonds et crimes contre l'humanité y ont été déposées contre lui. Pendant les 15 ans de son règne, de 1971, à 1986, la torture était en effet largement répandue en Haïti. Et des centaines de personnes ont été sommairement exécutées ou portées disparues. Mais c'est sans aucun obstacle que Jean-Claude Duvalier a pu rentrer sur sa terre natale.

Amnesty International a appelé ce lundi les autorités haïtiennes à traduire en justice l’ancien président. « Les violations des droits de l’homme, généralisées et systématiques, commises à Haïti durant le règne de Duvalier représentent des crimes contre l’humanité. Haïti a l’obligation de le poursuivre, ainsi que tous les responsables de ce genre de crimes, a précisé Javier Zuñiga, conseiller spécial de l’organisation de Défense des Droits de l'Homme". Le Premier ministre haïtien, de son côté, a également laissé entendre lundi que la justice haïtienne pourrait réagir si des plaintes étaient déposées contre l'ex-dictateur Jean-Claude Duvalier. "J'ai déjà dit une chose, l'exil est interdit dans la Constitution haïtienne, tout citoyen peut rentrer dans son pays et cela implique une deuxième chose, tout citoyen est justiciable en Haïti a précisé Jean-Max Bellerive.

Second tour de la présidentielle reporté
Voilà qui devrait encore contribuer à fragiliser une situation politique toujours très instable. Le second tour de la Présidentielle, qui devait se dérouler dimanche 16 janvier- a été reporté. Motif invoqué par le Conseil électoral provisoire : les résultats définitifs du premier tour des élections n'ont pas encore été proclamés. Il faut dire que début décembre, l'annonce des résultats préliminaires du premier tour avait provoqué des manifestations violentes de partisans de Michel Martelly, qui dénonçaient des fraudes massives en faveur du candidat du pouvoir Jude Célestin, arrivé en deuxième position. Le premier tour semble finalement avoir été remporté par une ancienne Première dame, Mirlande Manigat, avec 31% des voix.

Sophie Rosengart et Joseph Gordillo ont suivi le retour de l'ancien dictateur, Jean-Claude Duvalier, dans son pays natal. Reportage



À lire aussi




Edité le : 14-01-11
Dernière mise à jour le : 19-01-11