Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Film muet "La Femme du Pharaon"

Ernst Lubitsch : "La Femme du Pharaon" (Das Weib des Pharao)

Ne manquez pas la première mondiale de la version restaurée du film muet d'Ernst Lubitsch "La Femme du Pharaon"! .

> Film muet "La Femme du Pharaon" > "La Femme du Pharaon"

Ernst Lubitsch : "La Femme du Pharaon" (Das Weib des Pharao)

Ne manquez pas la première mondiale de la version restaurée du film muet d'Ernst Lubitsch "La Femme du Pharaon"! .

Ernst Lubitsch : "La Femme du Pharaon" (Das Weib des Pharao)

Film muet sur ARTE - 23/09/11

Ernst Lubitsch "La Femme du Pharaon" (1921) (Das Weib des Pharao)

Version restaurée recolorisée, 98 min., Allemagne


Première mondiale de la version restaurée a lieu le 17 septembre 2011 au Neues Museum à Berlin avec l'orchestre du WDR de Cologne. A regarder sur ARTE Live Web en direct. La diffusion TV inédite sur ARTE le 26 septembre 2011.


L’intrigue


Pour son avant-dernier film réalisé en Allemagne, Ernst Lubitsch se lance dans une satire au vitriol du pouvoir, dans une contrée d’Orient imaginaire. Le roi éthiopien Samlak (Paul Wegener) offre sa fille Makeda en mariage au puissant pharaon Aménès (Emil Jannings) pour sceller la paix entre leurs pays. Mais le calcul diplomatique va se transformer en intrigue amoureuse. Au lieu de s’éprendre de Makeda, le vieux pharaon s’intéresse à sa belle esclave Theonis, qui de son côté est depuis longtemps amoureuse du jeune Egyptien Ramphis. Déçu, Samlak part en guerre contre Amenes. Le pharaon est blessé, on le croit mort, et pourtant... Les amours de Theonis et de Ramphis seront de courte durée…


La version


Longtemps, le film n’était visible que dans sa version raccourcie en noir et blanc, jusqu’à ce que le Bundesarchiv-Filmarchiv et le Filmmuseum de Munich confie sa restauration numérique à une société spécialisée, Alpha-Omega digital. Le travail se fait à partir de deux copies nitrate colorisées, l’une provenant du Gosfilmofond, les archives nationales russes, l’autre d’un musée américain, le George-Eastman-House. Des fragments retrouvés et des intertitres rendent à présent compréhensibles les ellipses de l’intrigue. Mais surtout, les couleurs d’origine qui participent de l’effet monumental du film, ont été restaurées. La musique originale, conservée à la Akademie der Künste de Berlin, a été retravaillée et enregistrée par l’orchestre du WDR.


Extrait d’une critique de l’époque


« Un grand film. Devant le cinéma Ufapalast du quartier Zoo, des files entières d’automobiles. Dans la salle, le tout Berlin s’est massé, intellectuels et notables. Depuis son voyage en Amérique, le film de Lubitsch attire encore plus les foules. Malgré les prix pratiqués ! Lentement, l’intrigue se met en place, à renfort de passages légers, même s’ils ne révolutionnent pas exactement l’humour cinématographique. Mais vers le deuxième acte, tous les grands moyens du cinéma, sans oublier ceux de l’art, imposent le suspense. L’empire d’un pharaon, une époque non datée. Tous ces décors bigarrés ne sont que le prétexte à une histoire d’amour. Une esclave grecque va devenir reine. C’est la fin d’un règne, la guerre ravage le pays. Les scènes de masses sont d’un effet saisissant. Lorsque l’armée éthiopienne donne la charge aux Egyptiens, les applaudissements du public éclipsent la musique. Les scène de foule, les décors somptueux et la musique convergent pour faire naître des images percutantes, qui sauront conquérir le public du monde entier. »
(Source : Berliner Lokal-Anzeiger, n° 125, 15 mars 1922)


La musique


Cliquez pour écouter un extrait du premier acte :



..............................................................................................................................................................

Réalisation.............................................
Ernst Lubitsch
Scénario ...............................................
Hanns Kräly, Norbert Falk,
Caméra .................................................
Theodor Sparkuhl, Alfred Hansen
Distribution ...........................................
Emil Jannings (Pharao Amenes), Harry Liedtke (Ramphis),
Dagny Servaes (Theonis), Paul Wegener (Samlak)
Musique originale ...................................
Eduard Künneke
Restauration ..........................................

Alpha-Omega digital GmbH, Munich, en collaboration avec le Filmmuseum de Munich et le Bundesarchiv-Filmarchiv de Berlin
Archives musicales ................................
Akademie der Künste, Berlin
Droits musicaux .....................................
Ries und Erler, Berlin
Exécution ...............................................
Orchestre du WDR de Cologne
Direction et synchronisation .....................
Frank Strobel
Réalisation musicale (WDR) ....................
Michael Breugst, Alpha-Omega digital/ZDF
Chargée de programme (ZDF/ARTE) ........
Nina Goslar
Première ................................................

15 septembre 2011 (WDR Sendesaal)
17 septembre 2011 (Neues Museum Berlin)
Première mondiale, diffusion inédite sur ARTE ...............26 septembre 2011


Une coproduction Alpha-Omega digital GmbH, Orchestre du WDR de Cologne, ZDF en collaboration avec ARTE

Edité le : 04-08-11
Dernière mise à jour le : 23-09-11