Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> > Afrique de l'ouest : délicate transition au Mali

ARTE Journal - 13/04/12

Délicate transition au Mali

Le président malien par intérim a été investi ce jeudi. Dioncouda Traoré dispose de 40 jours pour organiser de nouvelles élections présidentielle et législatives. Mais d’abord il lui faut trouver un premier ministre et former un gouvernement. Plusieurs responsables militaires réclament des postes clés. Lors de son discours d’investiture, Dioncouda Traoré s'est montré très ferme, il a notamment menacé les rebelles touaregs et les islamistes radicaux qui contrôlent le nord du pays d'une "guerre totale".
Dans la capitale Bamako, c'est aussi l'effervescence au sein des instances religieuses qui multiplient les consultations. La situation au nord du pays, inquiète de plus en plus. Selon plusieurs ONG internationales et des témoins sur place, la situation humanitaire y est alarmante. Les civils font face à des manques de nourriture et de médicaments. Viols, pillages et autres exactions continuent également à être perpétrées contre la population.

Qui contrôle réellement le nord du Mali ? En plus des rebelles touaregs du MNLA, Mouvement national de libération de l’Azawad, la zone est désormais truffée de combattants d'Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et d' Ansar Dine sans oublier les djihadistes nigérians de Boko Haram. Difficile donc, d'y voir clair. Officiellement, le groupe islamiste touareg Ansar Dine, se revendique du mouvement fondé il y a trente ans au Mali et qui rayonne aujourd’hui également en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. Mais dans le sud du pays, les fidèles d’Ansar Dine rejettent toute assimilation, avec le groupuscule Ansar Dine actif au nord. Les envoyés spéciaux d'ARTE Journal sont partis à la rencontre de la communauté Ansar Dine de Bamako. Un reportage de Sophie Rosenzweig et Wissam Charaf.

Boko Haram : qui sont-ils ?
Boko Haram est une organisation terroriste nigériane fondée en 2002 par Muhamed Yusuf, dont l’objectif est d’appliquer strictement la charia. Boko Haram, qui signifie "l’éducation occidentale est un pêché", se revendique de l’islamisme salafiste et des Talibans afghans. Ce mouvement s’est fait connaître du grand public lors des attentats de 2010 et 2011, qui ont fait des centaines de morts parmi les chrétiens, leurs principales cibles.

Boko Haram au Mali
A Gao, l’une des trois villes du nord du pays tombées aux mains des islamistes radicaux, des combattants de Boko Haram auraient été reconnus par la population. Selon Abou Sidibé, député du nord du Mali, ils seraient une centaine dans la ville, venus du Nigéria pour épauler les rebelles du MNLA. Ils renforcent ainsi les positions du Mujao, Mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest, qui affirme être une dissidence d’al-Qaïda au Maghreb islamique; Gao où les combats ont été d’une rare violence. La population civile refusant de laisser le terrain aux radicaux.

Avec Ansar Dine et l’AQMI, les Boko Haram sont le troisième mouvement islamique radical à vouloir imposer la charia dans le nord du pays.
Sophie Rosenzweig



à consulter aussi :




Edité le : 11-04-12
Dernière mise à jour le : 13-04-12