Taille du texte: + -
Accueil > Europe > Regards croisés > Regards croisés n° 15 > Mises en perspective > Grèce

Mise en perspective : Grèce - 01/04/10

Comment un maire, à Solna, en Suède, peut-il lutter contre le racisme à Athènes ?

La Grèce est dans le collimateur des institutions européennes et des marchés financiers depuis que sa capacité à rembourser sa dette publique a été mise en cause. Or le gouvernement grec n’est pas seulement confronté à de graves problèmes macro-économiques mais il doit aussi gérer une profonde crise sociale – un taux de chômage élevé chez les jeunes, le coût social des réformes et le rejet de pans entiers de sa population immigrée.

En 2005, je suis partie vivre à l'étranger. Quand je suis arrivée en Allemagne, mon niveau de langue n'était pas des meilleurs. Pour la première fois de ma vie, je ne captais rien des conversations dans le bus. Une année a passé et quand j'ai quitté l'Allemagne, je comprenais parfaitement les échanges des gens dans le bus. De retour à Athènes, je me suis retrouvée dans une situation similaire : la plupart des gens discutaient en pachtoun ou en ukrainien, ou peut-être en urdu. Étant jeune, et ayant vécu à l'étranger, j'ai pu m'adapter plus facilement à une Athènes radicalement différente de la capitale scintillante qui avait accueilli les Jeux olympiques deux ans plus tôt seulement.

D’émigration, la Grèce est devenue une terre d’immigration. Les demandeurs d'asile sont majoritairement afghans et pakistanais mais il y a aussi des Nigérians et des ressortissants d'autres pays européens. L'administration grecque s'est révélée incapable de gérer cette vague d’immigration massive, d’origines culturelles diverses, ce qui a favorisé l’essor d’une économie parallèle et du trafic d'êtres humains. Résultat, on observe dans la société grecque une montée de la haine à l'encontre des émigrés. Pour couronner le tout, les Asiatiques émigrent rarement avec leur famille, seuls les hommes partent, ce qui ne fait que compliquer encore leur intégration.

Dans ces conditions, la ghettoïsation des quartiers pauvres d’Athènes et la peur étaient programmées d’avance et des incidents violents ont même été rapportés. La réponse à la xénophobie viendra peut-être des émigrés grecs qui ont réussi à s’intégrer dans d'autres pays européens. Dans le débat actuel suscité par la révision de la loi sur la citoyenneté, la diaspora grecque plaide en faveur des droits des immigrés en Grèce. Ces gens qui se sont battus pour leurs droits politiques peuvent à leur tour démontrer que l'intégration des immigrés dans la société ne peut être qu'enrichissante. Ils savent que des immigrés qui participent activement à l'administration politique au niveau local peuvent non seulement influencer la société en expliquant leurs besoins et leurs priorités, mais qu’ils développent aussi un sentiment d'appartenance. Pour la majorité d'entre eux, voir la Grèce répéter les mêmes erreurs que d'autres pays européens est un crève-cœur.

La xénophobie n'est ni un phénomène nouveau ni un problème grec. La plupart des nations européennes accueillent des émigrés ou souffrent de la fuite de cerveaux due à l'immigration. Il serait donc important que l'Europe, communauté de valeurs, agisse pour promouvoir le dialogue afin de valoriser l'idée d'une société multiculturelle auprès de ses citoyens et pour permettre un échange de points de vue et d’exemples de bonnes pratiques en matière d'intégration. L'administration locale a peut-être là un rôle important à jouer. Aujourd'hui, on parle beaucoup du fait que des régions de pays différents peuvent avoir plus de choses en commun que des régions appartenant à un même pays. Des maires allemands en Espagne ou des conseillers municipaux grecs en Suède auraient bien des choses à dire à propos d'une Europe multiculturelle.

Efthymia Ntivi


POUR ALLER PLUS LOIN

Une odyssée grecque, roman d’Aris Fioretos (page disponible en suédois), auteur suédois né de parents grecs et autrichiens, raconte l'histoire de la diaspora grecque en Suède. Courrier International n° 1002 a publié une critique du livre (en français, réservé aux abonnés).

...............................................
Regards croisés n° 15
À qui profite l'Europe ?
Identités, classes sociales, représentations
...............................................

Edité le : 31-03-10
Dernière mise à jour le : 01-04-10