Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> > Cityboy

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

2008.11.28 - 00.05 : tracks - 05/12/08

Cityboy

La crise version pop. On peut visiblement scier la branche sur laquelle on est assis, c’est ce que fait l’ex-analyste financier Geraint Anderson qui a gagné des millions dans la city londonienne. Compte-rendu d’initié.

Previous imageNext image

ailleurs sur le web

Londres demeure envers et contre tout l’un des centres financiers les plus importants du monde. Mais depuis la crise des sub-primes, rien n’est plus comme avant. La City en tremble encore. Le métier de courtier a subitement perdu de son prestige ; l’arrivisme cupide n’est plus de bon ton.

Tant mieux – nous dit Geraint Anderson. Pendant douze ans, l’analyste financier a participé au grand poker monétaire. Mais il y a trois ans, écoeuré par l’arrogance du milieu, il a déballé : dans sa chronique « Cityboy » qu’il publiait à titre anonyme, il dévoilait les frasques du beau monde de la City : abus de drogues et débauche sexuelle, deals internes et reports illégaux de capitaux vers les paradis fiscaux.


Sa dernière prime, avant qu'il ne claque la porte, s'élève à 500 000 livres. Une compensation courante pour des horaires de travail inhumains et la pression permanente de devoir toujours réaliser plus de profit. Beaucoup ont eu leur part de gâteau dans la City : les courtiers, les investisseurs et aussi les politiques, car la City dégage à elle seule 14% du PIB de l’Angleterre. Pendant douze ans, Geraint était lui aussi accroc aux grands flux financiers.

Cityboy : Beer and loathing in the Square Mile
de Geraint Anderson
chez Headline
Et pourtant, il a décroché et pour de bon. Quelques mois après avoir tourné le dos au monde de la finance, Geraint publie le roman « Cityboy » : l’histoire de l’analyste Steve Jones, qui entretient la bonne humeur de ses investisseurs à coups de drogues et de soirées. Dans la foulée, l’ex-analyste fournit la musique et la vidéo en annexe de son roman.

Le livre s’est retrouvé en troisième position des meilleures ventes et les médias s’en sont emparé. La presse britannique a beau critiquer son revirement, Geraint n’en est pas moins résolu. A 36 ans, il fait toujours ce qu’il veut et renoue lentement mais sûrement avec son idéalisme d’antan. Il veut se repentir pendant 12 ans. Avec un matelas de 2,5 millions de livres et une maison dans l’ouest de Londres, il a de quoi rester serein, et a décidé de devenir redresseur de torts : il collecte des dons pour une école au Kenya et s’est attelé à la rédaction d’un livre sur la crise financière - Cityboy: 50 Ways to Survive the Crunch - illustré par la graphiste Sophie Lodge.

Vidéo

"Cityboy" de Cityboy

Tracks
samedi, 29 novembre 2008 à 03:00
Pas de rediffusion
(Allemagne, 2008, 52mn)
WDR

Edité le : 25-11-08
Dernière mise à jour le : 05-12-08