Taille du texte: + -
Accueil > Monde > ARTE Journal

ARTE Journal

Le journal de l'actualité européenne

> > Changement de pouvoir au Mexique

ARTE Journal - 02/07/12

Changement de pouvoir au Mexique

C'est bien Enrique Peña Nieto, le candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) qui a remporté l'élection présidentielle au Mexique. Cette victoire sonne le retour au pouvoir d'un parti qui a déjà dirigé le pays pendant 71 ans, avant de passer dans l'opposition en 2000. A 45 ans, le nouveau président va disposer d'un mandat de six ans pour tenter de mettre un terme à la toute-puissance des cartels de la drogue et combattre la pauvreté.

Previous imageNext image
Selon les premiers décomptes de l'Institut fédéral électoral, Enrique Peña Nieto aurait récolté 38% des suffrages. Le candidat de la gauche, Andres Manuel Lopez Obrador du Parti de la révolution démocratique, recueillerait 31% des voix. La candidate du Parti action nationale (PAN), le parti au pouvoir, Josefina Vázquez Mota, arrive troisième. Elle a déjà reconnu sa défaite.

Un nouveau visage
Enrique Peña Nieto s'est présenté lors de la campagne comme le nouveau visage du PRI, le parti qui a dirigé la Mexique de 1929 à 2000. Il a tenté de changer l'image de son parti, jusqu'ici teintée d'échec économique et de corruption, et aussi de la rajeunir.

Un président glamour soutenu par la télé
Le nouveau président mexicain est issu d'une famille influente, il a su jouer de son profil de politicien glamour dans les magazines. L'ancien avocat a été sept ans durant le gouverneur de l'Etat du Mexique, d'où il est originaire. Sa vie privée contribue à son image très médiatique. En 2010, il a épousé en seconde noce, Angelica Rivera, une actrice de telenovela qui travaille pour Televisa, la chaîne la plus populaire du pays. Cette dernière a suivi avec assiduité la campagne de Peña Nieto et l'a soutenu.

Des élections sous surveillance renforcée
Parallèlement à l'élection présidentielle, les Mexicains devaient également élire leurs sénateurs et leurs gouverneurs. Le scrutin s'est déroulé sous forte surveillance policière et avec le déploiement d'unités de l'armée, dans la crainte de tentatives d'intimidation de la part des cartels de la drogue.

La guerre contre les narco-trafiquants
La campagne électorale a fait la part belle à la lutte contre la drogue qui gangrène le pays. Le Mexique est une plaque tournante pour les trafiquants entre l'Amérique du Sud d'un côté et les Etats-Unis et le Canada de l'autre. Pour contrer le pouvoir grandissant des cartels, le président sortant, Felipe Calderon, leur avait déclaré en 2006 une guerre sans merci. Les violences ont fait depuis 50.000 morts. Le candidat Peña Nieto avait annoncé vouloir changer de stratégie pour combattre le crime organisé afin de réduire le nombre de victimes.

Sortir les Mexicains de la misère
L'autre principal défi qui attend le nouveau président s'appelle la pauvreté. Le fossé qui sépare pauvres et riches ne cesse de s'aggrandir malgré le nombre croissant de programmes censés combattre la misère. 46% des 112 millions de Mexicains sont concernés. La création d'un revenu digne et d'un système universel de protection sociale sonent des chantiers de première nécessité.

Frank Dürr pour ARTE Journal / Traduction Manuel Dantas

Edité le : 02-07-12
Dernière mise à jour le : 02-07-12