Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> > Bum rap

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

25/06/09

Bum rap

Sous les chaînes en or, le béton


Ils préfèrent le Marcel à la Rolex, le Pastis au Dom Perignon et la poubelle au jacuzzi. OrelSan, Le Roi Heenok, L.I.M, et Seth Gueko sont les artisans du Bum Rap, le Hip Hop qui récure le "Bling Bling".

Previous imageNext image

Oubliez le gangster rap et son bling bling surfait, aujourd'hui les artistes francophones du "bum rap", "rap de clochard" en VF, ne cachent rien de la réalité crue de leur quotidien! A 27 ans, Seth Gueko dédie son hip hop "qui a du poil sous les bras" aux ouvriers de sa cité de la banlieue parisienne. En Normandie, le nerd Orelsan vient quant à lui de faire un tollé avec son morceau "Sale Pute", une diatribe misogyne dans laquelle il déverse sa haine sur sa copine qui vient de le… tromper! Et le rappeur L.I.M. a remporté un disque d'or sans aucune promo. Tracks a rencontré ces rappeurs "hors normes".

SETH GUEKO

Né en 81 d’une mère russe et d’un père italien qu’il n’a pas connu, Seth Gueko grandit à Saint-Ouen-l’Aumône en banlieue parisienne. Celui qui se définit comme le chaînon manquant "entre Al Pacino et Benoît Poelvoorde", ou le "gardien de la frontière entre le rap caillera et le rap second degré" est davantage fasciné par les caravanes des gitans qu'il voit de sa fenêtre que par les Rolls qui défilent sur sa télé dans les clips de Puff Daddy: "J’aime beaucoup les mots, et j’ai puisé dans la communauté gitane, des gens que j’ai fréquentés, qui avaient des camps pas loin de chez moi, qui avaient un putain d’argot, une manière de parler. C’est l’amour du mot qui m’a vraiment fait me pencher sur la culture".

Seth Gueko - "Le son des capuches"

ORELSAN

Aurélien Cotentin, alias Orelsan a grandi dans la ville normande d'Alençon avant de s'installer à Caen. En 2006, il se lance dans le rap, convaincu que c'est « Perdu d’avance », titre qu'il donne trois ans plus tard à son premier album. Fidèle à l'esprit du Bum Rap, il préfère la vraie vie aux mirages du "Bling Bling": "Je n’ai jamais été sur un yacht, et les filles avec qui je sors, c’est pas des filles qui jouent dans des clips, c'est pas des super bimbos…". Et dans ses vidéos, ce n’est pas Orelsan qui fait les braquages, mais c’est lui qui se fait dépouiller. Le hic, c'est que certains restent insensibles a son rap cru et rentre-dedans. Au dernier Festival de Bourges, sa venue a créé le scandale et son président, Daniel Colling, a été pris à parti par les détracteurs du rappeur. L’objet du scandale, c’est la vidéo de la chanson "Sale Pute", mise en ligne par Orelsan sur Internet il y a deux ans. Il se met en scène, ivre mort, menaçant de frapper sa petite amie qui l'a plaqué. Même si la chanson n'est pas jouée sur scène et qu'elle n'apparaît pas dans l'album, la polémique est remontée jusqu'à la secrétaire d’Etat à la Solidarité, Valérie Létard, qui demande la création d’une loi contre les injures sexistes. Orelsan, lui se défend de faire l'apologie de la violence conjugale et préfère prendre la chose avec humour. Sur scène, il ironise: "Le vrai problème, c’est que je me suis cramé auprès des meufs!".

Orelsan - "Changement"

LE ROI HEENOK

Le Roi Heenok, installé à Montréal, ne rêve que d'une chose depuis cinq ans : qu'on le prenne au sérieux! Ce qu'a fini par faire la police canadienne qui l'a jeté en prison en 2008 pour apologie des armes et de la drogue sur le net. Mais pour les amateurs du hip hop francophone, il reste le Jean-Claude Van Damme du rap. La sortie de prison du Roi Heenok au bout d'une semaine a rendu ses fans hystériques. Admirateur d'Oussama Ben Laden, revendiquant le titre de dealer, il se moque des rappeurs français qui jouent les gangsters.

L.I.M

L.I.M. est né à Issy-les-Moulineaux et rappe depuis l'âge de 9 ans. La réalité cheap dont il parle dans ses chansons, entre braquage de PMU et deals de shit, l'a mené tout droit au succès. En s’appuyant sur son label indépendant « Tous illicites » et sur Internet à travers son site rap-français.com, L.I.M a remporté un disque d’or avec son premier album uniquement grâce aux réseaux du web et de la rue. Avec l’argent de ce disque, il produit son ami d’enfance Zeler. Pour L.I.M, c'est un beau pied de nez à l’industrie du disque fascinée par le clinquant.

Liens

Sur Myspace:

Tracks
samedi, 27 juin 2009 à 03:00
Pas de rediffusion
(France, 2009, 52mn)
ARTE F

Edité le : 25-06-09
Dernière mise à jour le : 25-06-09