Taille du texte: + -
Accueil > Europe > Mode à Londres > Portraits diaporamas > Alexandra Sturdza

Mode à Londres

À l'occasion des 25 ans de la Fashion Week, Prune Antoine se faufile pour arte.tv, en partenariat avec Le Figaro.fr, sous les jupons de Londres.

Mode à Londres

"Faces in the city" - quatre visages dans la ville - 18/02/10

Alexandra Sturdza, ange bio-bobo à Angel

précédente suivante


Londres en 3 mots : melting pot, avant-gardiste et traditionnel
Alexandra qui, en 1988 a quitté la Roumanie de Ceaucescu pour s'installer en France avec ses parents, a toujours rêvé de devenir styliste. « Comme toutes les petites filles », ironise- t-elle aujourd'hui. Après plusieurs stages dans de grandes maisons de mode, elle décide qu'elle n'est pas assez «paillettes» pour le milieu. Après des détours par la Chine ou Bucarest, elle arrive à Londres il y a trois ans et se lance dans le développement durable, option mode éthique.

« Un jean voyage en moyenne 40 000 miles avant d'atteindre un consommateur lambda, sans parler des conditions de travail des enfants dans l'industrie textile ou des deux millions de tonnes de déchets par an produits par les grandes enseignes de vêtements,» énumère Alexandra qui connaît son sujet sur le bout des doigts. Si cette tendance écolo a pris énormément d'ampleur à Londres, c'est aussi parce que la crise financière est passée par là : explosion du nombre de labels de mode équitable, organisation des Green Fashion Award ou soirée d'échanges de fringues, de plus en plus de créateurs ont pris conscience de la nécessité de concilier écologie et jupons. De la ferme bio d'Hackney où poules, cochons et moutons s'ébrouent entre deux HLM au Café Candid, un complexe artistitique situé sur Torrent Street, une rue « aux allures de coupe-gorge », en passant par les étals bios de Broadway Market, les endroits «verts» ne manquent pas.

Le quartier de prédilection des fashionistas bobos est principalement situé entre Hackney, Angel et Shoreditch. Pour Alexandra, pas question de lésiner sur la qualité des fringues qu'elle achète. Elle est prête à y mettre le prix : « il faut consommer moins mais consommer mieux. »


SES BONNES ADRESSES


Edité le : 12-02-10
Dernière mise à jour le : 18-02-10

+ de Europe