Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Cinéma sur ARTE > Cinéma sur Arte > A nos amours

Cinéma sur ARTE - 22/06/12

A nos amours

Film de Maurice Pialat (France, 1982, 1h29mn)
Scénario : Arlette Langmann et Maurice Pialat
Avec : Sandrine Bonnaire (Suzanne), Maurice Pialat (son père), Evelyne Ker (sa mère), Dominique Besnehard (son frère), Cyril Collard (Jean-Pierre), Pierre-Loup Rajot (Bernard), Cyr Boitard (Luc), Jacques Fieschi (l’intellectuel)
Image : Jacques Loiseleux, Musique : Klaus Nomi, d’après Purcell, Production : Les Films du Livradois, Gaumont, France 3 (FR 3)

Le portrait d'une jeune fille qui ne sait pas aimer. La rencontre, il y a trente ans, de Maurice Pialat et de Sandrine Bonnaire, un chef-d'oeuvre de vérité mise à nu.


En colonie de vacances, Suzanne répète On ne badine pas avec l'amour. Elle a 15 ans, c'est l'été, elle voit Luc en cachette mais se refuse à lui. De retour au lycée, elle "sèche" régulièrement, sort avec ses copines, rencontre des garçons, couche avec qui bon lui semble malgré les remontrances familiales. Un jour, son père la prévient qu'il va quitter la maison. L'ambiance du foyer se dégrade...

Le premier film de Maurice Pialat s'appelait L'amour existe. Suzanne le cherche mais ne le trouve pas. Elle dit avoir "le coeur sec". "Tu crois aimer et puis en fait tu attends seulement qu'on t'aime", lui dit son père. La faute à qui, à quoi ? À sa mère hystérique, à son frère abusif, à son père démissionnaire, à une liberté sexuelle dont elle use en toute innocence ? Après tout, son désarroi n'est peut-être que celui de l'adolescence... L'essentiel n'est pas dans l'histoire mais dans le ton. Maurice Pialat filme à coeur ouvert, taille dans le vif, pousse les personnages au bout de leur vérité. Les claques font mal mais la tendresse jaillit aussi, à nous couper le souffle - voir la scène où le père confie à sa fille qu'il va partir, instant de complicité volé à la nuit. Le père, c'est Maurice Pialat, qui fut acteur (et peintre) avant de passer à la réalisation. En face de ce paternel qui prend beaucoup de place, même quand il est absent, il y a Sandrine Bonnaire, la "révélation" de ce film tourné il y a trente ans. Elle confirmera plus tard son immense talent, chez Pialat entre autres (Sous le soleil de Satan). En attendant, c'est elle l'aplomb, le sourire, la fraîcheur, le désespoir d'À nos amours.

A nos amours
mardi, 10 juillet 2012 à 01:40
Pas de rediffusion
(France, 1983, 100mn)
ARTE F

Edité le : 22-06-12
Dernière mise à jour le : 22-06-12