Taille du texte: + -
Accueil > Europe > Karambolage

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

> Emission 20 mars 2005 > le mot : la "Schadenfreude"

Un magazine de Claire Doutriaux

Tous les dimanches à 20h00 Karambolage se penche sur les particularités de la culture quotidienne française et allemande.

Un magazine de Claire Doutriaux

Emission du 20 mars 2005 - 20/03/05

le mot : la "Schadenfreude"

la "Schadenfreude"


Hinrich Schmidt-Henkel, notre traducteur berlinois, s’arrête aujourd’hui sur un concept assez particulier pour lequel, curieusement, il n’y a pas d’équivalent français : die Schadenfreude.


Imaginez la scène suivante: vous vous promenez à Berlin, vous découvrez une crotte de chien- excusez-moi mais aussi à Berlin les trottoirs en sont pleins, c’est écoeurant – et vous la contournez précautionneusement. Après, vous vous retournez, vous voyez que la personne qui vous suit, moins attentive que vous, marche en plein dedans, bien visé.
Et vous, qu’est-ce que vous faites ? Vous plaignez profondément le malchanceux ? Non. Vous vous amusez. Chacun de nous le ferait, en toute innocence. Nous ne voulons pas de mal à cette personne, mais son malheur nous fait rire. C’est une réaction très humaine, surtout quand il s’agit d’un petit pépin et non pas d’une vraie catastrophe. Celui qui rirait d’un grand accident de voiture, serait vraiment un sale type.

Mais comment nommer cette réaction ? En allemand, c’est très facile, nous avons un mot très concret, comme souvent en allemand : Schadenfreude. C´est un substantif composé : "Schaden-freude" – "Schaden" – le pépin, malheur, dommage ; "Freude" – joie. Schadenfreude : c’est la joie que nous inspire le malheur d´autrui. Et en français ? Rien. Les dictionnaires ont d’ailleurs du mal à traduire cette émotion, à la décrire. Ils donnent par exemple, "joie maligne" ou "malin plaisir" – mais c’est réducteur et beaucoup moins précis que Schadenfreude.

Pardon ? Vous, les Français, vous seriez donc tellement gentils que vous ne connaîtriez pas cette émotion ? Qui le croirait ? Mais pourquoi n’avez-vous donc pas de nom pour décrire cette émotion ? Par discrétion ? Par hypocrisie ? Laissons tomber ces vaines spéculations et terminons par un proverbe allemand autour de la Schadenfreude : "Wer den Schaden hat, braucht für den Spott nicht zu sorgen". "il se trouve toujours quelqu’un pour rire du malheur d’autrui." Sans nommer la Schadenfreude, cela la décrit très bien.

Edité le : 17-03-05
Dernière mise à jour le : 18-03-11


+ de Europe