Taille du texte: + -
Accueil > Culture > La restauration du siècle

Léonard de Vinci, la restauration du siècle

Sous la caméra de Stan Neumann, le sauvetage de l’un des plus beaux tableaux du monde : la "Sainte Anne" de Léonard de Vinci.

> Les mystères d'un chef d'œuvre

Léonard de Vinci, la restauration du siècle

Sous la caméra de Stan Neumann, le sauvetage de l’un des plus beaux tableaux du monde : la "Sainte Anne" de Léonard de Vinci.

Léonard de Vinci, la restauration du siècle

05/04/12

Les mystères d'un chef d'œuvre

Léonard de Vinci, la restauration du siècle


Stan Neumann a filmé le travail de restauration de la « Sainte Anne » de Léonard de Vinci, l’un des plus beaux et des plus mystérieux tableaux du peintre. Un extraordinaire voyage à travers l’histoire d’une œuvre.

Pendant les vingt dernières années de sa vie, Léonard de Vinci ne s’est jamais séparé de trois de ses tableaux : La Joconde, Saint Jean Baptiste et La Vierge, L’Enfant Jésus et Sainte Anne. Il vivait avec eux, les emportait d’Italie en France, les gardait dans son atelier et les reprenait sans cesse, à la poursuite d’un rêve de perfection. Des trois œuvres, La Joconde est la plus célèbre. Mais pour les contemporains du peintre, le véritable chef-d’œuvre est la Sainte Anne, peinte au même moment et avec les mêmes préoccupations, mais de loin la plus complexe et la plus ambitieuse. La plus mystérieuse aussi.

Cinq siècles après, on s’interroge encore sur le sens de ce tableau. Est-il uniquement religieux ? Est-ce, comme l’écrit Freud, une confession intime du peintre, un aveu de son homosexualité ? Ou bien est-il le fruit d’une vision essentiellement picturale ? Les spécialistes cherchent aussi à comprendre le secret du sfumato, cette technique particulière à Léonard de Vinci, qui vise à estomper les traits et qui donne ce rendu unique au modelé des visages et aux lointains.

Mais le plus grand mystère de la Sainte Anne réside dans son inachèvement.
Mais le plus grand mystère de la Sainte Anne réside dans son inachèvement. Malgré sa perfection, le tableau n’est pas fini. Pendant vingt ans, Léonard n’a pas pu ou n’a pas voulu l’achever, nous laissant aujourd’hui face à une œuvre ouverte. Comment et pourquoi ? Jusqu’à maintenant, personne n’était en mesure de répondre à ces questions. D’autant plus que des couches successives de vernis jaunis ont petit à petit recouvert l’œuvre originale, ne permettant plus de voir sa véritable matière, ses nuances, ses profondeurs et ses couleurs.


Tableau en péril


La restauration entreprise, qui était d’abord une question de survie pour le tableau, permet aujourd’hui d’y voir plus clair. Si, dans ses phases préparatoires, cette opération complexe a mobilisé les outils les plus sophistiqués de l’investigation scientifique, le travail s’est fait à l’ancienne, à la main, celle de la restauratrice Cinzia Pasquali. Loin d’être une simple opération technique, la restauration de la Sainte Anne a révélé des enjeux symboliques à la mesure du statut unique du peintre et de son œuvre... Émouvant et éblouissant.




Léonard de Vinci, la restauration du siècle

Le film

dimanche, 07 juillet à 16h50

Sous la caméra de Stan Neumann, la restauration de l’un des plus beaux tableaux du monde : la "Sainte Anne" de Léonard de Vinci.


ARTE Magazine

Edité le : Tue Mar 13 12:00:00 CET 2012
Dernière mise à jour le : Thu Apr 05 16:49:46 CEST 2012