Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Court-circuit

Court-circuit

Court-circuit vous donne plus que du court: des films du monde entier, des portraits de réalisateurs, des making of, des zoom sur les écoles de cinéma, sur des festivals, des leçons d'animation et les "trucs" du cinéma.

> 10 septembre > Philippe Decouflé

12/07/04

Philippe Decouflé

Philippe Decouflé est né à Paris en 1961. Formé au cirque, aux techniques du mime Marceau, à la danse auprès de Merce Cunningham ainsi qu’à la réalisation, Decouflé a développé une approche multiforme qui a bousculé le spectacle vivant et la danse contemporaine.
En 1983, Philippe Decouflé  fonde sa propre compagnie –DCA- et crée, en collaboration avec Michèle Prélonge, Françoise Grolet et Eric Larrondo, un premier spectacle intitulé  « Un vague café ». En mars, il danse avec Karole Armitage dans « Parafango ». Il crée  également deux trios : « Surprises » et « Fraîcheur limite ».
En 1984, « Soupière de luxe » est présenté au Théâtre de la Bastille et « Tranche de cake » au Festival d'été de Seine-Maritime. « Trio épouvantable » inaugure, quant à lui, le Théâtre Contemporain de la Danse.
En 1985, Decouflé crée à Rouen, « Danz folklorik martiennes », un trio avec Pascale Henrot et Spot.
En mai 1986, les téléspectateurs découvrent le clip publicitaire de Butagaz chorégraphié par Philippe Decouflé. 
« Codex », créé en 1986 à Amsterdam et présenté au Festival d'Avignon, est inspiré par une encyclopédie dessinée à la fin des années soixante-dix par un jeune italien, Luigi Séraphini – "Le Codex Serafinianus" - peuplée d'animaux fantastiques, de plantes imaginaires et de légumes vivants
Decouflé réalise  « Caramba ! » , un court métrage de 8 minutes et le clip vidéo de New Order (1987).
En 1988, « Technicolo» est créé à Barcelone. Il tourne la même année un deuxième clip musical, cette fois pour Fine Young Cannibals.
Il signe les chorégraphies de la « Danse des sabots » pour Bleu, Blanc, Goude de Jean-Paul Goude, lors du défilé du 14 Juillet 1989, et réalise deux nouveaux films publicitaires, l'un pour Dior, l'autre pour Polaroïd (Lion d'argent à Cannes en 1990).
« Novembre », un divertissement chorégraphique, musical et cinématographique, conçu comme une suite de très courts numéros, est présenté au Musée Grévin en mars 1990.
« Triton » est créé au Festival d'Avignon. Avec Philippe Guillotel, artiste plasticien, Decouflé invente des univers de formes, d'objets et de matières inattendus.
En 1990, retour vers la pub avec la marque Seïbu.
En 1992, Decouflé est choisi par le Comité d'organisation des Jeux Olympiques pour mettre en scène les cérémonies d'ouverture et de clôture des XVIe Jeux olympiques d'hiver à Albertville.. L'expression "Decoufleries" est consacrée, désignant par là cet art singulier et personnel de la rencontre incongrue entre le monde du cirque et ceux de l'image et de la danse.
« Petites pièces montées » est créé à l'Espace Malraux de Chambéry en novembre 1993. « Comment faire entrer et sortir mes danseurs par les cintres, comment les faire surgir du plancher, voilà une question qui m'oblige à interroger l'espace différemment. Je rêve de Méliès, de fantasmagorie. Tous ces éléments qui manquent cruellement au spectacle vivant ». 
« Le p'tit bal », 1993. Philippe Decouflé et Pascale Houbin y interprètent dans le langage des signes la chanson de Bourvil « C'était bien ».
En 1995, il signe la chorégraphie du court métrage de Jan Kounen :  «Le dernier Chaperon rouge ».
« Denise », juin 1995, est l'occasion de collaborer avec une multitude d’artistes. Près de 3000 personnes seront accueillies à La Chaufferie pendant une semaine.
À partir de « Codex », Philippe Decouflé décide de créer « Decodex ». Des microbes, des volatiles fantastiques, des plantes extraordinaires et des légumes bizarres se retrouvent sur la scène du Festival Marseille Méditerranée en juillet 1995.
En 1996, Philippe Decouflé met en scène, au Japon, la comédie musicale « Dora, le chat qui a vécu un million de fois » et réalise l’ensemble des publicités pour la nouvelle numérotation de France Télécom. Pendant ce temps, DCA, avec Sébastien Libolt et La Trabant, présente « Micheline » à La Chaufferie de Saint-Denis. 
En 1997, il met en scène  « L’art en parade » pour l’Atelier des enfants du Centre Georges Pompidou. Il orchestre la cérémonie d’ouverture du 50ème anniversaire du Festival International de Cannes, et crée « Marguerite » à Saint-Denis, un avant-goût de « Shazam! »
En septembre de la même année, Philippe Decouflé travaille sur un essai cinématographique intitulé « Abracadabra ». Il crée « Shazam! » en mars à La Rochelle et présente en juin à Saint-Denis « Triton et les petites tritures », une recréation sous chapiteau de « Triton ».
En 1999, il signe l’habillage publicitaire de France 2.
Après « Cyrk 13 », spectacle imaginé et mis en piste en 2002 avec les élèves du Centre National des Arts du Cirque, Philippe Decouflé conçoit et interprète son premier solo. Ce solo est créé en juillet 2003 à Barcelone. En 2004, plusieurs villes européennes l’accueilleront : Anvers, Rome, Bruxelles, Berlin, Londres, Paris.
« Iris » est son dernier spectacle en date. Créé en 2003 au Japon , « Iris » est présenté dès décembre 2003 à Paris, avant d’entamer, en 2004, une tournée française et internationale

À CONSULTER:

Le site officiel
Une interview de Philippe Decouflé sur le site du magazine Kiasma

À VOIR, À ÉCOUTER :

Télécharger « Le p’tit bal »
« Shazam » en CD et en DVD
« Iris », le CD du spectacle de Philippe Decouflé avec une musique de Claire Touzi.
« P’tit bal » sur le DVD « 25 ans de courts métrages à Clermont-Ferrand 
Pour en savoir plus


À LIRE :

« Philippe Decouflé », de Philippe Decouflé et Rosita Boisseau, éd. Textuel, Paris, 2003.

Edité le : 12-07-04
Dernière mise à jour le : 12-07-04