Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Twin Peaks

Twin Peaks

Dans la petite ville de Twin Peaks, l'agent spécial Cooper enquête sur la mort de la jeune Laura Palmer.

> Twin Peaks 20 ans après

Twin Peaks

Dans la petite ville de Twin Peaks, l'agent spécial Cooper enquête sur la mort de la jeune Laura Palmer.

Twin Peaks

08/07/13

Twin Peaks 20 ans après

Par Manuel Raynaud


20 ans après Twin Peaks, quelle empreinte David Lynch a-t-il laissé à la télévision ? Faudrait-il l'analyser comme on pourrait le faire avec n'importe quelle œuvre commerciale actuelle ? Sa série allait-elle vraiment au-delà et pourquoi ?

Tout a déjà été plus ou moins dit et écrit sur Twin Peaks. 20 ans qu'elle est analysée, 20 ans qu'on en rappelle l'héritage. Un héritage complexe qui réside autant dans le pari industriel tenu par ABC, la chaîne américaine qui avait osé la diffuser et qui portera également en partie la responsabilité de son échec. Mais aussi, et avant tout pour les téléspectateurs, dans une expérimentation narrative et un croisement des genres inédits initiés par la volonté de deux esprits, ceux de David Lynch et de Mark Frost.

L'idée de Twin Peaks vient d'un échec


analyse Séverine Barthes, chercheur universitaire en séries télé. "David Lynch, associé au scénariste Mark Frost, souhaitait adapter au cinéma un roman narrant la vie de Marylin." Le film finalement n'aboutira pas mais le projet évolue. Plus de Marylin mais le mythe d'un meurtre mystérieux situé dans une ville au bord d'un lac. Le projet est vendu à ABC qui finance le pilote pour 4 millions de dollars. A ce prix là, elle impose des conditions. "Elle demande aux auteurs notamment de tourner une fin additionnelle à l'histoire dès le pilote afin de pouvoir remonter le tout en film indépendant exploitable en Europe."
Après avoir vu le résultat, les dirigeants sont convaincus et commandent une première saison de 7 épisodes pour 1,1 millions de dollars chacun.




Peaksmania


A sa diffusion, Twin Peaks devient un phénomène. Son pilote a été vu par 34,6 millions de téléspectateurs. On parle même de "Peaksmania". Mais l'euphorie ne durera pas et après avoir été l'un des programmes les plus regardés aux Etats-Unis en 1990, c'est la douche froide.
La chaîne s'empresse et demande de résoudre le meurtre de Laura Palmer prématurément. L'intrigue est résolue entre l'épisode 14 et 16, contre l'avis de David Lynch qui voulait conserver cette révélation pour la toute fin de la série, lui qui voyait Twin Peaks comme une poupée russe infinie où le mystère entourant la mort de Laura en aurait toujours amené d'autres.

L'audience chute fortement, l'engouement retombe et la série subit une politique de programmation déstabilisante pour les téléspectateurs (nombreux changements de cases horaires intervenant à partir du début de la saison 2). Le 16 février 1991, l'épisode 23 venant d'être diffusé, ABC met la série en pause pour une durée indéterminée. Un collectif de fans parviendra à la convaincre de diffuser les 6 épisodes restants plus d'un mois après. Mais le mal (ou le bien) est déjà fait : Twin Peaks et la désormais célèbre question "Qui a tué Laura Palmer ?" deviennent des marqueurs culturels de la société américaine.

Science-fiction absurdo-mystique


Sans la science-fiction absurdo-mystique enveloppant cette banale intrigue de meurtre et qui fait le sel de Twin Peaks, nombreux sont les journalistes et critiques à affirmer qu'il n'y aurait ni X-Files, ni Lost et tous les programmés télés dérivés (citons Northern Exposure par exemple) dont les fondements sont composés de bizarreries folles, de société atypique ou bien d'étirements narratifs marquant une temporalité particulière.

"Pour tous les sériphiles qui aiment rassembler les pièces d'un puzzle, qui vont sur les sites et les forums pour débattre du sens des évènements, qui regardent les épisodes encore et encore à la recherche de nouveaux indices, la pierre de rosette se trouve à Twin Peaks, Washington" écrit Jason Newman, journaliste américain. Un comportement que l'on retrouvera plus tard chez les fans d'X-Files et plus récemment de Lost.

L'intuition est l'outil numéro 1 de l'artiste


Cette "Peaksmania" s'explique notamment par les choix créatifs de ses créateurs. "L'intuition te dit où aller. L'intuition est l'outil numéro 1 de l'artiste" affirme David Lynch. C'est de cette intuition puis de l'organisation de Mark Frost que naîtra la plupart des éléments énigmatiques et fantastiques composant Twin Peaks. Un processus innovant doublé d'une véritable volonté de mêler les genres et de revisiter le soap opera.
"Nous avons essayé de renouveler le soap du samedi soir dans le même sens qu'Hill Street Blues (Capitaine Furillo) l'avait fait avec le genre policier. David y a ajouté une touche de surréalisme" relève Mark Frost, qui a pratiquement appris son métier de scénariste en travaillant sur Hill Street Blues.

En 2004, les dirigeants d'ABC tireront les leçons de cet échec commercial. Ils commandent à Marc Cherry, connu pour être un grand fan de Twin Peaks, une nouvelle série sur un quartier résidentiel dans lequel la mort d'une femme chamboulera le quotidien de tous les personnages. Exit l'ésotérisme, exit l'intrigue au long cours, ABC veut un fil rouge conclu à chaque fin de saison. La recette finale est rentable et le produit, appelé Desperate Housewives, est un succès. Mais si les puristes ne retrouveront pas dans cette série l'essence de Twin Peaks, c'est aussi parce que la série de Lynch est la dernière de son espèce à avoir été diffusée sur un network (une grande chaîne américaine : ABC, CBS, NBC et CW). Désormais, on lui cherche des ressemblances sur les chaînes du câble et premium (HBO, Showtime, FX...) du paysage audiovisuel américain.

Et deux décennies plus tard, Twin Peaks teint encore la télévision américaine - et plus particulièrement ses professionnels - de ses couleurs étranges. Comment ne pas voir émerger dans les scènes ésotériques et les personnages bariolés de John From Cincinnati, diffusée en 2007 sur HBO, un petit bout de Twin Peaks ? Mais plus que des éléments d'hommages par ci (l'épisode 5.12 de Psych), d'influence par là (La Caravane de l'étrange), Twin Peaks symbolise avant tout une époque charnière où l'objet sériel, par son rythme sans fin, par ses difficultés de production, par sa méthode de construction, par l'engouement du public et par les envies de ses créateurs, venait de gagner une couche supplémentaire de complexité.
________________________________
>> Sur ARTE VOD : Portrait américain - David Lynch, un documentaire réalisé par Ariel Wizman & Valentine Gay

Manuel Raynaud

Edité le : 31-03-11
Dernière mise à jour le : 08-07-13