Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Cinéma muet > Finis Terrae > Finis Terrae

Cinéma muet

Adapté d'une nouvelle d'Edgar Allan Poe, un chef-d'oeuvre d'angoisse et d'onirisme !

Cinéma muet

Film muet - 13/04/12

Finis Terrae

Lundi 22 février 2010 à 0h25


Une histoire du bout du monde ? l'archipel d'Ouessant ? dans laquelle les goémoniers et les pêcheurs jouent leurs propres rôles, au rythme de la mer et du vent. Un chef-d'oeuvre du cinéma muet.

Previous imageNext image
Sur un petit îlot désertique au large d'Ouessant, quatre pêcheurs de goémon travaillent l'été dans un complet isolement. À la suite d'une querelle, Ambroise, un jeune goémonier se blesse à la main avec un tesson de bouteille. La plaie s'infecte. Ambroise, malade, délire. Il est mis en quarantaine, mais devant la gravité de son état, Jean-Marie décide de le ramener à Ouessant. Prévenue par les gardiens de phare de l'extinction des feux sur l'îlot, la population ouessantine organise les secours. Tandis que Jean-Marie godille contre les courants du Fromveur, une barque quitte le bourg de Lampaul avec à son bord le médecin Lesenn...

Finis terræ
(France, 1928, 82mn)
ARTE F
Réalisateur: Jean Epstein
Image: Goesta Kottula, Joseph Barthès, Louis Née, R. Tulle
Musique: Roch Havet
Montage: Nicolas Delbart
Acteur: Ambroise Rouzic, François Morin, Gibois, Jean-Marie Laot, Malgorn, Pierre
Production: Société Genérale de films
Producteur: Serge Sandberg

Habitant des trous entre les rochers
"Quand, pour la première fois, à bord de la petite Hermine, le patron Morin me fit découvrir les îlots Bannec, Balanec et leur colonie de pêcheurs de goémon, je ne manquai pas d'être impressionné par l'air farouche de ces êtres amphibies, tantôt trempés par les embruns, tantôt suant au feu de leurs fours à soude ; parlant mal le français ; feignant une très digne indifférence à l'égard du visiteur inattendu ; travaillant avec un effort ininterrompu de bête de trait ; apparaissant hors de la fumée âcre, y rentrant, selon la brise ; habitant des trous entre les rochers ou de vieilles coques renversées ; non sans majesté, ni richesse à eux, sauvages contemporains. Morin se fit interprète et, moyennant une petite indemnité, les goémoniers consentirent à se laisser diversement photographier, ironiquement indulgents à notre caprice. Alors j'ignorais encore l'échelle des valeurs aux îles et qu'un litre de rouge en nature, à cause de la difficulté à se le procurer, est préféré à deux fois son prix en espèces. En trois courtes heures, car la marée pressait, je remarquai déjà les deux camarades de travail qui devaient être ensuite parmi les principaux interprètes de Finis terræ, scénario dont ces îliens eux-mêmes me fournirent peu à peu presque tous les éléments." (Jean Epstein)

Finis terræ
dimanche, 14 mars 2010 à 03:00
Pas de rediffusion
(France, 1928, 82mn)
ARTE F

Edité le : 10-12-09
Dernière mise à jour le : 13-04-12