Taille du texte: + -
Accueil > Cinéma > Berlinale 2011 > Le film du jour > 13.02 - "Pina (3D)"

Le film du jour - 13/02/11

13.02 - "Pina (3D)" de Wim Wenders

Coproduction ARTE


Pina Bausch disait toujours à ses danseurs "Dansez, dansez encore et encore, sinon on est foutus". C’est justement dans cet esprit que Wim Wenders n’a pas interrompu le tournage après le décès inattendu de la chorégraphe. Il s’est efforcé, avec l’aide de toute la troupe, de continuer le travail dans l’esprit de la créatrice.

Previous imageNext image
Chansons de la bande-son en écoute dans notre playlist



Pina (3D)
Un film de Wim Wenders
Avec Pina Bausch
France, Allemagne / 2011
Sortie en salles : 6 avril 2011
Hors Compétition
Coproduction ARTE
L’idée de départ du film était d’accompagner Pina Bausch et sa troupe en tournée, dans un voyage qui aurait permis des rencontres avec d’autres cultures, qui aurait alimenté l’inspiration. Dans le film de Wim Wenders, les lieux jouent un rôle primordial et c’est pour ça que le réalisateur a décidé de rester dans la région de Wuppertal. Au lieu d’un long voyage, Wim Wenders a promené sa caméra dans les lieux proches du domicile de Pina, des lieux qui, tout au long des 30 années de création chorégraphique, ont été la source de son inspiration.

Wim Wenders avait très envie de représenter la danse en trois dimensions. Pina Bausch trouvait également la technique du 3D fascinante, mais elle tenait à voir des rush avec ses danseurs avant de commencer le tournage. Malheureusement, son décès a interrompu le travail et Wim Wenders s’est retrouvé seul face à sa responsabilité, face à une technologie tout à fait nouvelle. Finalement, le réalisateur de "Paris, Texas" et des "Ailes du désir" a décidé de reproduire le plus fidèlement possible la perception visuelle de l’œil humain, en se servant toujours de la même focale et en réduisant le nombre de gros plans.

La décision prise par Wim Wenders correspond également aux limites actuelles de la technique 3D. Les prises de vue en gros plan sur des sujets en mouvement deviennent facilement floues. Dans les autres films en 3D, on compense cet inconvénient par un montage dynamique des séquences, une technique totalement inadaptée à ce film qui se veut un documentaire de la chorégraphie et du mouvement. De plus, Pina Bausch a toujours insisté pour que l’on considère la dynamique du corps dans son ensemble, le corps permettant d’exprimer une impression d’ensemble. Voici donc les trois facteurs qui ont déterminé la manière de tourner et de monter le film.

Interview de Wim Wenders, réalisée par Moritz Wulf



A voir aussi





Sur arte.tv

"Les Rêves Dansants, sur les pas de Pina Bausch" de Anne Linsel et Rainer Hoffmann (Reportage 13/10/2010 - ARTE Journal)
(Reportages ARTE Culture 2008 à 2009)

A lire aussi

La critique du film sur le blog de l'OFAJ


Liens

Edité le : 10-02-11
Dernière mise à jour le : 13-02-11