Taille du texte: + -
Accueil > Culture > Tracks

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

> > Berlin-Est, Berlin-Ouest

Tracks

Tracks fait le tour des sons et des cultures qui dépassent les bornes, tous les samedis à partir de 23h.

Tracks

10/09/09

Berlin-Est, Berlin-Ouest

Avant la chute du mur, vivre parmi la jet-set aurait été impensable pour les Allemands de l’est. Mais voulaient-ils tous pour autant passer à l’ouest ? Que pensaient les Berlinois de l’est et de l’ouest les uns des autres ?

Previous imageNext image
Wolfram Neugebauer, organisateur de concerts à en ex-RDA se souvient : "Toutes les manifestations qui avaient lieu en RDA étaient systématiquement organisées par l’Etat. C’est-à-dire qu’elles étaient planifiées, organisées et exécutées par des gens dont la mission consistait à enrôler les jeunes. Une culture jeune qui n’était pas en adéquation avec les idéaux socialistes était considérée comme subversive ou suspecte. L’Alexanderplatz était le lieu de rendez-vous des jeunes Berlinois de l’est. En été, c’est ici que se retrouvaient les punks, les poppers, les skateboarders, les breakdancer... tous ceux qui se voulaient un peu différents. Les jeunes Allemands de l’ouest n’en revenaient pas quand ils voyaient à quel point on était bons en breakdance. "

Pour son homologue de l'autre côté du mur, Michael Schäumer, l'ambiance était toute autre : "L’est, pour nous, c’était surtout du gris. C’était pas un endroit où on avait envie de mettre les pieds. L’ours berlinois, c’est à l’ouest qu’il s’éclatait. Chaque jour, il se passait plein de choses. Comme la ville était enclavée, il fallait s’organiser pour s’amuser. On ne pouvait pas faire 200 kilomètres tous les jours pour aller ailleurs."

Rien de comparable avec la vie à l'est : "J'ai habité sur la Leipziger Strasse pendant un certain temps, raconte Wolfram Neugebauer. Depuis mon immeuble, on pouvait voir par-dessus le mur. On montait au vingt-quatrième étage, on allait sur le balcon et on avait vue sur l’ouest. Alors on regardait... « Tiens ça, c’est Berlin-Ouest ». Il m’est arrivé plusieurs fois de me réveiller la nuit, couvert de sueur, parce que je faisais toujours le même cauchemar débile : je courais à travers Berlin-ouest en essayant de trouver un jean à ma taille. J’étais assez grand et très mince : pas moyen de trouver un jean à ma taille. Dans mon rêve, je courais dans tous les sens pour trouver un jean, je savais qu’il fallait que je retourne au poste frontière et... « Au secours, je vais rentrer de l’ouest sans avoir trouvé un jean... ».

"A Berlin ouest, on était en avance sur tout (Michael Schäumer). Quand on débarquait à Berlin est, on avait vraiment l’impression que les bombardements avaient eu lieu deux semaines auparavant. A l’ouest, les fêtes étaient plus débridées et plus sauvages. Ça tenait à plusieurs choses. La musique était meilleure, les femmes étaient plus sexy. Au début tout le milieu se retrouvait dans un club minuscule qui s’appelait l' « UFO» ("l’OVNI"). Et puis un jour, ils ont lancé la première fête acid-house, ça a été un grand événement. D’autant que c’est ce soir-là que j’ai pris de l’ecstasy pour la première fois. Et j’ai réellement vu des petits nounours voler à travers la salle et danser le line dance. C’était géant."

"Pour nous à l’est, toutes les drogues, quelles qu’elles soient, c’était de l’héroïne, explique Wolfram Neugebauer. Et quelqu’un qui prenait de la drogue, c’était un junkie, point barre. On ne faisait aucune différence. Pour moi, quand on touchait à la drogue, on se retrouvait fatalement accro à l’héroïne. Alors pourquoi faire un truc pareil ? Pour finir comme Christiane F ?"

Michael Schäumer : "Je suis sûr que Wolfram n’a toujours pas pris d’ecstasy. Les points communs se sont révélés après la chute du mur. Je ne sais pas si Wolfram était un Allemand de l’est typique. Je crois plutôt que c’était un gars comme moi."

Liens

  • WolleXDP (Wolfram Neugebauer)
  • "Here we come" : Un film sur le hip hop et le breakdance dans l'Allemagne de l'Est pendant les années 80.

Tracks
vendredi, 4 septembre 2009 à 23:15
Pas de rediffusion
(Allemagne, 2009, 52mn)
WDR

Edité le : 03-09-09
Dernière mise à jour le : 10-09-09