Schriftgröße: + -
Home > Welt > US-Wahlen 2008

US-Wahlen 2008

Programmschwerpunkt. Entdecken Sie unsere New York Chroniken. Big Apple einmal anders. Und: Wie gut kennen Sie wirklich das US-amerikanische Wahlsystem?

> 29.10.: Chat mit Karl Zero

US-Wahlen 2008

Programmschwerpunkt. Entdecken Sie unsere New York Chroniken. Big Apple einmal anders. Und: Wie gut kennen Sie wirklich das US-amerikanische Wahlsystem?

US-Wahlen 2008

30/10/08

29.10.: Chat mit Karl Zero

Transkription des Chats in französischer Sprache


Zum Ende seiner Amtszeit lassen Karl Zéro und Michel Royer "Dabbelju" in ihrer nicht autorisierten Biografie Bilanz ziehen. Mister President daselbst beziehungsweise ein begnadeter Imitator - kommt zu Wort und erklärt Beweggründe und Methodik seines Strebens nach der Macht. Mit teuflischer Unterstützung der Autoren kommentiert "Dabbelju" die Bilder seines Lebens. Das Ergebnis ist die ungeschminkte Geschichte von US-Präsident George W. Bush ganz im Stil des Films von Karl Zéro und Michel Royer über den französischen Staatspräsidenten Jacques Chirac, der den beiden wegen der ausgezeichneten Komik, verpackt im Dokumentationsgenre, im letzten Jahr unter anderem den renommierten französischen Filmpreis César eingebracht hat.

  • Chat avec Karl Zéro

Bonjour à toutes et à tous, nous recevons aujourd'hui Karl Zéro sur son documentaire diffusé hier soir.
Karl Zéro : Bonjour à toutes et à tous. Pardon pour ce léger retard.

Julia Maugenest : Après Chirac, Sarkozy et Bush, as-tu déjà choisi ta prochaine victime ?
Karl Zéro : J'ai l'embarras du choix : Vladimir Poutine, Silvio Berlusconi, Fidel Castro, Oussama Ben Laden , Hugo Chavez, Nicolas Sarkozy… Cela fait quand même du monde, donc on va peut-être réfléchir à l’idée d’une série avec Arte, à la suite de cette expérience réussie avec George Bush...

ChriChri : Euh.. c'est qui Michel Royer ? Tu peux me le présenter, je ne le connais pas vraiment. Est-il journaliste aussi ?
Karl Zéro : Michel Royer est tombé dans la télé quand il était petit. C’est un passionné de l’image, c’est lui d’ailleurs qui a imaginé l’émission « les Enfants de la Télé ». Pour moi, c'est le prince de l'archive en France. Il a travaillé sur le précédent film sur Chirac et sur « Ségo et Sarko sont dans un bateau ». C'est un amoureux des années 70, et tout ce que cette époque comporte comme images fortes. il est chaud pour recommencer, mais il a beaucoup de travail. Peut-être sera t-on conduit à retravailler ensemble sur un documentaire sur Poutine, ce qui ne sera pas une mince affaire si l’on en juge par les difficultés à se procurer des informations de cet ex-agent de la Stasi. Ce sera difficile de trouver des archives. On va y réfléchir.

Kevin0903 : Ce documentaire va t-il être diffusé aux Etats-Unis ?
Karl Zéro : C'est très difficile. Europa Corp, la boîte de production n'a pas pu fournir le film à temps aux distributeurs américains pour qu'il puisse y être projeté en salle. C’est du moins ce que l’on nous a répondu. On cherche donc des salles disponibles sur place. On a déjà trouvé quelques salles au Canada voisin, mais projeter le film ne sera utile que si on arrive à le faire sortir avant l'élection en novembre.

Oliver Stone : Hello Karl ! Est-ce que tu as vu mon film ? Tu as aimé ?
Karl Zéro : Oliver, non, je ne l'ai pas encore vu étant donné que son film ne sort qu’aujourd’hui, mais j'attends avec impatience la séance de 14h. Ce qui est dommage c’est qu’Oliver Stone ne soit pas venu à mon émission sur BFM, alors que je l’avais invité. Cela posait apparemment problème que mon film sorte avant le sien en France. J'aimerais tout de même qu'il puisse le voir.

Karl Zéro war Gast der Themenabend- Gesprächsrunde vom 28.10., moderiert von Thomas Kausch.
Debatte sehen

booly : Crois-tu en la théorie du complot vaguement évoqué dans ton film ?? Si oui, penses-tu que Bush ne soit qu'une marionnette ou qu'il rentre dans ce genre de manipulation des consciences ?
Karl Zéro : J'ai inventé une nouvelle catégorie : les sceptiques. Je suggère aux tenants des théories officielles d'informer au mieux le public pour ne pas noyer le problème. Il faut répondre aux attentes des gens sceptiques. Pour ce qui est des attentats du 11 septembre, il faut donner des réponses au public par exemple, pour éviter les différentes instrumentalisations et manipulations que George W. Bush a pu faire au sujet de la guerre en Irak par exemple, le tout avec un cynisme déconcertant comme on peut le voir dans le film.

Alice : Croyez-vous vraiment qu'Obama va être élu président ou bien un retournement de situation de dernière minute en faveur de McCain vous paraît-il encore possible ?
A votre avis, un film comme celui d'Oliver Stone (et comme le vôtre si il est diffusé aux USA) est il capable d'influencer les électeurs au profit d'Obama ?
Thom : Tout le monde donne Obama gagnant. C'est la chronique d'une victoire annoncée. Vous avez le même sentiment ?
Karl Zéro : La crise financière sert Obama. Et comme beaucoup, je souhaite son élection. Ce qui peut créer la surprise c'est un événement (october surprise) inattendu, du genre attentat ou capture de Ben Laden, ou alors une résurgence du racisme américain une fois devant l’urne, appelé effet Bradley. Qu'est ce qui peut empêcher Obama de gagner ? Honnêtement, je ne sais pas même si, si jamais cela se réalise, je serai déçu de ne pas pouvoir du coup l'occasion de faire un documentaire sur une personnalité aussi incongru que Sarah Palin. Elle est très intéressante du fait qu’elle fait très peur à son propre camp. Ce qui est quand même incroyable. Elle a du talent et à la fois, elle effraie. Il faudrait faire un Borat version américaine.

Zerf : Quel a été la plus grande difficulté que vous avez rencontré pour faire ce film ?
Léonard Mars : Bonjour Karl Zéro. Vous n'avez pas eu de problèmes (menaces, pressions...) en travaillant sur Chirac, Sarkozy ou même Bush ?
Karl Zéro : C'est 2 questions différentes : Bush était dur à traduire, à rendre accessible. On a d’ailleurs réalisé une première version très drôle, mais trop éloignée des Américains. Il a fallu tout réécrire, car il fallait raisonner avec un humour américain, une vision américaine des choses. Elle est diamétralement opposée à la Française. Nous n’avons pas connu de pressions américaines, juste des difficultés avec une certaine chaîne d’information : on n'a pas pu utiliser les images de Fox News. Il y a eu des difficultés également pour "Dans la peau de Jacques Chirac", dans le sens où on a eu du mal pour trouver une société de production. Avec Sarkozy, il n’y a pas de pressions non plus, il est loin d'être con, donc il n'a rien tenté.

sab99999 : Quelles étaient vos principales sources d'information ?
nikos : Combien d'heures de vidéo avez vous visionnés pour la réalisation du film? Merci pour cette vision "FREE"
Karl Zéro : Pour les sources, on s'est beaucoup inspiré des très nombreux livres publiés sur George W. Bush, sur le 11 septembre, sur les néo-conservateurs, sur Ben Laden, etc. Et tout un ensemble de DVDs, films, documentaires sur les mêmes sujets. Il fallait croiser toutes ces données et surtout bien les interpréter afin de ne pas dire de bétises. On a également consulté les différents sites Internet faisant référence aux "bushismes", petit nom donné à ses maladresses vocales. On a consacré en tout 2 ans à la préparation de ce film, à peu près la même durée que pour Chirac, mais pas pour la même raison. Là, il y a eu beaucoup plus de temps passé sur un véritable travail de recherche. On s’est attaché à ce que ce film soit intelligible pour toute sorte de public, américain comme français.

serjeuro le redneck:SKULL N BONES ça te fait pas peur? J’ai un ami de la blog qui vit dans l’angoisse.
NABZed : Pourquoi êtes-vous les premiers journalistes à nous parler des skullz and bones ? Les autres journalistes français n'ont pas conscience de cette société secrète de l'élite américaine ?
Karl Zéro : Skulls and bones : aux Etats-unis ce n'est pas un sujet tabou, ce n’est pas caché. Il s’agit d’une société secrète étudiante de la prestigieuse université Yale, aux rites initiatiques étranges ; L’un d’eux : se masturber dans un cercueil. C’est vous dire ! 41 membres sont nommés et choisis pour en faire partie, c'est basé sur le statut, les résultats scolaires et les capacités de leader de ses membres. George W. Bush en a fait partie effectivement, mais on peut facilement imaginer que son intégration est liée davantage à son statut de fils de président. Ces rites très curieux ne sont pas trop relatés en France c'est vrai. On peut s’en étonner car il s’agit d’une forme de franc-maçonnerie à l'Américaine. Il y a également des comités d'influence en France, mais par pour les jeunes, plus pour les personnes plus âgées, notamment dans la classe politique. Par rapport à ces sociétés secrètes, Il ne faut pas non plus tomber dans l'angoisse, ne pas tomber dans des délires de conspirations.

booly : Obama en fait partie? Ou McCain?
Karl Zéro : Obama non, pas à ma connaissance. Par contre, McCain a fait partie d'un comité dont la pensée centrale était de placer et de faire durer les Etats-unis comme première puissance mondiale, et donc d’édicter tous les moyens possibles pour y parvenir.
Ce genre de choses finit toujours par se savoir aux Etats-Unis. Il y a pourtant beaucoup de mystères là dessus, entretenus par les 2 candidats.

Grimdor : Auriez-vous aimer aller plus loin dans la critique de W et vous êtes-vous autocensuré pour tenter de conserver une objectivité diffusable?
numz : Bonjour, n'avez vous pas l'impression d'avoir mis beaucoup de votre avis très personnel sur le sujet? Y a-t-il eu beaucoup d'interprétations ou seules les faits ont compté lors de l'écriture du "scénario" ? >
Karl Zéro : Je n'ai pas mis spécialement mon avis dans ce film, dans la première version imaginée oui. Je me suis même complètement lâché, mais je ne me suis pas autocensuré sur ce film. Je ne connais pas ce concept. Je n'en vois d’ailleurs pas l'intérêt.

Lucas : T'as eu du mal à trouver le financement pour le film ou au contraire c'était assez facile ?
laura94 : Et le financement du documentaire ?
Karl Zéro : Ce n'est jamais facile de trouver un financement. C'est d'ailleurs la première fois que j'y arrive. Avant j'autofinançais mes propres films. Cette fois, je l'ai présenté tout monté au festival de Cannes, et Canal+ et Arte ont suivi pour diffuser le film. Pour ce qui est de sa non-sortie au cinéma, je savais d'avance que je ne pouvais pas marcher en salle. Il y aura bientôt la sortie en DVD, et finalement cette sortie télé a été une bonne idée puisqu’on a réalisé une très belle audience hier soir sur Arte.

Cashmir : Vous passez bien à la vidéo, vous avez fait de la télé dans votre jeunesse ?
Cashmir : Honnêtement, vus vos antécédents (jalons, etc.), vous faites partie aussi d'un confrérie ? Si oui, laquelle ?
Karl Zéro : Très drôle ! La confrérie, ça fera rire mon frère. À vrai dire, on est plus une bande de guignols ;-). J’ai effectivement mené une belle carrière à la télévision, notamment à Canal+. Pour continuer à animer le Vrai Journal, il aurait peut-être fallu faire partie d'une confrérie, mais j’ai toujours préféré conserver mon indépendance et ma liberté de ton. J’ai toujours fonctionné comme ça.

marianneslam : Ce qui m'a gêné dans votre film c'est qu'on ne sait jamais ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas…
Tibo : J'ai vu des extraits et franchement ça fait peur ! Tout est garanti sans trucage ?
Karl Zéro : Hélas tout est vrai. C’est même ce qui fait le plus peur. Il n'y a absolument aucun trucage. Toute la voix-off est écrite selon les dires officiels par exemple. Il y a un parti pris mais pas de tricheries.

David de toulouse : Penses-tu te présenter aux élections françaises un jour ?
lagardere : Karl Zéro, futur président pour la France ?
Karl Zéro : Quand je vois ce qui est arrivé à Coluche, non ;) Et au film d'Antoine de Caunes aussi ;)
Je ne crois pas être dans mon rôle en faisant de la politique. Coluche, lui, s’est présenté pour déconner et foutre le bordel. C’était un geste de rébellion. Moi, même si j’apprécie ce genre de connerie, je suis trop sérieux pour faire de la politique en déconnant. Je voudrai changer les choses et ça risquerait d'être décevant pour les gens qui me respectent par exemple.

griimace : Pourriez-vous réaliser des films encore plus politiques un jour, dans le sens où une enquête serait menée en profondeur?
Karl Zéro : Je ne sais pas ce qu'il vous faut. Plus politique je ne vois pas comment faire plus. Peut-être souhaitez vous que je m'intéresse à des sujets polémiques comme l'Angolagate. Je préfère encore m'attacher aux sujets qui m'intéressent. Bush est l'un d'entre eux. Mais j’en ai d’autres. Je ne fais pas du Michael Moore, ni du gonzo journalism. Je souhaite rester libre et aborder ces sujets comme je l’entends. Je préfère la réalité. Je veux faire sortir la vérité dans mes films.

herox : Pourquoi vas-tu jusqu’à parler d'apocalypse et d'un nouveau sauveur a la fin de ton film ? Ton opinion perso sur 2012 et companie stp?
Karl Zéro : 2012 et l'Apocalypse c'est du pipo. Je n'y crois pas du tout. Ce ne sont que des histoires. Ce à quoi je fais référence dans le film, c’est la foi méthodiste de Bush, à sa lecture particulière des textes sacrés. C'est de la folie, car lui et ses conseillers s'attachent à faire des guerres menées dans une logique de lutte entre le bien et le mal. Une sorte de croisade. Bush et ses collaborateurs prient et font de la politique la Bible à la main. Selon Michel Royer, il est sincère dans la foi. Selon moi, il l'utilise, il fait semblant. C'est un fondamentaliste. Pour en avoir le coeur net, il faudrait sans doute que je le rencontre à Crawford. Je suis sûr que cela pourrait se faire.

kamkam : Est-ce que le film sera rediffusé? Si oui quand ? et sur quelle chaine ?Merci
Karl Zéro : Oui, bien sûr !! Le film sera rediffusé sur Arte, Le 4 novembre, à 10h, et le 6 novembre, à 00h30. Une heure idéale selon moi pour le regarder.

Oreo : Quel bilan feriez-vous de ces 8 ans de "bushism" ? Que faut-il selon vous retenir de Bush (une petite phrase, une attitude..) ?
Karl Zéro : C'est un lapsus de sa part que je retiendrai : "ça va prendre du temps de restaurer le chaos". Un lapsus tellement révélateur sur la conduite de sa politique. Le pire c'est que c’est ce qu'il a fait. Cela résume parfaitement le personnage. Cela devrait être un sujet de philo au Bac. Est-ce que le prochain président pourra pour autant refuser de partir faire la guerre à l'Iran ? On verra bien. Il saura peut-être obligé de continuer dans cette logique de guerre pour montrer que les Etats-Unis sont encore et toujours les plus forts. Pour ce qui est de sa dyslexie, elle est marquante et elle est réelle mais il a su en jouer, en se faisant passer pour quelqu’un de proche de l’Américain moyen. Les Américains ont pu s'identifier à ce personnage. Et le meilleur c’est qu’ils l'ont cru.

Merci Karl Zéro, le mot de la fin ?
Karl Zéro : Comme l’a dit Jean-Paul II, « n'ayez pas peur ». Merci beaucoup à toutes et à tous pour vos questions et un grand merci à toute l'équipe pour l’organisation de ce chat.

Erstellt: 29-08-08
Letzte Änderung: 30-10-08